Dans mes ateliers d’Écriture créatrice, le temps passe toujours vite et je regrette de ne pas avoir l'espace suffisant pour certaines questions. J'essaie de donner des outils simples à mes clients et m'efface devant leurs besoins. Heureusement, l'Écrhistoires permet de m'attarder plus longuement sur les notions, de montrer une vision plus subtile de ce que je souhaite transmettre.

L'acceptation, notion complexe, ne saurait se satisfaire de quelques phrases lancées au détour d'une conversation. Du reste un article ne suffira pas à en aborder tous les aspects, j'espère néanmoins proposer quelques pistes intéressantes...



I. Accepter ce qu'on ne peut changer...



La séance le lâcher-prise s'ouvre sur La prière de la sérénité, utilisée aux Alcooliques Anonymes :

AA

 

Dans cette citation réside une première approche de l'acceptation : « Accepter ce qu'on ne peut changer ». Pour comprendre la nécessité d'une telle démarche, nul besoin de subtilité. Il s'agit simplement de ne plus s'épuiser à se battre contre ce qui ne dépend pas de nous.

D'abord ce qui dépend de l'autre. Combien d'entre nous ajoutons de la souffrance dans nos vies parce que nous tentons de réformer ceux qui nous entourent ? Renoncer à transformer autrui est indispensable. Bien sûr, il faut se protéger contre ce qui nous est néfaste mais s’agripper à l’espoir de changer quelqu'un apporte déception et amertume.

Ensuite accepter notre manque de contrôle sur ce que la vie nous offre, en bien comme en mal. Un bon joueur de poker ne va pas passer la partie à pleurer sur les cartes qu'il ne possède pas. Il acceptera celles obtenues pour élaborer la meilleure stratégie possible.

Cette facette de l'acceptation, la plus accessible, met tout le monde d'accord. Pourtant ce qui est simple à comprendre n'est pas toujours facile à mettre en œuvre. Voyez cela comme un entraînement... Oui, on s'entraîne à accepter ce qu'on ne peut changer.

 

Direction



II. Et pour le reste ?



La question de l'acceptation ne concerne pas seulement ce que l'on ne peut changer. Dans l'idéal, on devrait accepter tout que l'existence nous offre : les joies comme les peines, la douleur comme le confort. C'est dans cette phase que les amalgames peuvent surgir. Parce que devant un malheur, une injustice, une maladie, une épreuve, l'acceptation se colore souvent des concepts de pénitence et de résignation. Or accepter n'est en aucun cas se résigner !

Accepter une situation c'est la regarder droit dans les yeux, avec lucidité. C'est la comprendre, l'appréhender, la jauger. Car comment changer ce qu'on connaît mal ?

En quelque sorte l'acceptation est un espace -temporel et psychologique- entre les émotions et la réflexion. Ce n'est pas nier ce qui se passe en nous mais laisser de la place à autre chose qu'un réflexe afin de poser une action juste et sage. En d'autres termes, l'acceptation est une étape nécessaire avant le changement.

Partons d'un exemple concret : la colère face à une injustice. Le Larousse définit la colère ainsi : état affectif violent et passager, résultant du sentiment d'une agression, d'un désagrément, traduisant un vif mécontentement et accompagné de réactions brutales. La colère est une émotion et, comme le souligne le dictionnaire, elle possède une notion de violence. Comment agir de manière juste lorsque c'est la colère qui nous gouverne ? Cela me semble bien compliqué. Ce n'est pas pour rien que le terme colère vient du latin cholera qui signifie bile...

ob_aa57e8_colere

Issu des « têtes d’expression  des passions de l’âme» de Charles Le Brun

Lorsque l'on parvient à accepter la situation, à prendre de la distance face elle, si on ne tombe pas dans le piège de la résignation, l'émotion passe et fait place à l'indignation. Une révolte dénuée d'impulsivité et -je l'espère- de barbarie. Alors vient le moment d'agir contre l'injustice. L'esprit clair on peut choisir une action efficace et conforme à nos valeurs.



III. Et l'écriture dans tout ça ?

 

Après deux parties assez abstraites, peut-être trouvez-vous cet article peu en accord avec ma ligne éditoriale : l'écriture. Rappelons que l'objectif serait de s'entraîner à accepter TOUT ce que nous offre l'existence afin non pas de se libérer des émotions mais d'agir en toute conscience. Or -je ne vais pas faire semblant d'être plus sage que je ne le suis- que cela est difficile !

C'est là, dans cette complexité à mettre en œuvre une telle philosophie que l'écriture peut entrer en jeu. Les techniques pour nous aider sont évidemment nombreuses : méditation, thérapies, exercice physique,... Ces pistes demandent un investissement sur la durée et l'intervention de professionnels. Alors en attendant on fait quoi ? On baisse les bras ? Non, on utilise un moyen gratuit et immédiatement à notre portée. Si du moins vous possédez une feuille et un crayon...

Ensuite on écrit sur les expériences fortes que l'on désire accepter. On met un mot sur nos émotions et nos ressentis. On tente de comprendre les situations que l'on rencontre, ce qui se joue dans nos relations, ce qui se passe en nous. Bref on prend du recul et on crée cet espace entre ce que nous propose la vie et les actions que l'on veut mettre en œuvre. Ainsi vous serez en mesure de jouer à partir des cartes dont vous disposez...



 

Et vous, ami lecteur, vous écrivez ce que vous souhaitez accomplir dans le futur ?