Format : série, une saison

Statut : en production

Genre : science-fiction, dystopie

Pays : U.S.A

Date de sortie : avril 2017

Chaîne : Hulu



Résumé : Dans une société dystopique et totalitaire au très bas taux de natalité, les femmes sont divisées en trois catégories : les Épouses, qui dominent la maison, les Marthas, qui l'entretiennent, et les Servantes, dont le rôle est la reproduction.

 

AfficheSE

 

 

Les abonnés à la newvsletter le savent : j'adore les séries. En vérité, mes passions pourraient se résumer un principe, ma fascination pour les bonnes histoires. Qu'importe que le récit soit de mots ou d'images... Et les très bonnes séries restent tout au aussi rares que les très bons romans. Alors pourquoi me priver de vous en parler sous prétexte que le récit se déroule sur un écran ? Lorsque j'ai eu envie de revoir ce qui demeure, à mes yeux, la meilleurs série de 2017, il m'a semblé opportun d'en vous parler. Notez toutefois que si The Handmaid’s Tale est l’adaptation du roman de Margaret Atwood, je n'ai pas encore eu l'opportunité de le lire. Mon avis -et c'est très bien ainsi- ne concernera donc que l’œuvre créée par Bruce Miller.

Mon Avis

 

Dès le premier épisode on entre dans un monde brutal. Une jeune femme est retrouvée par des hommes armés qui lui enlèvent son enfant. Point d'explication sur le contexte. C'est au fil des épisodes que nous reconstruiront l'histoire de June devenue Offred depuis qu'elle est entrée au service des Waterford.

Les femmes sont divisées en trois classes : les Épouses, stériles à cause de la pollution, les Martas, qui entretiennent la maiso,n et les Servantes écarlates. Notre héroïne appartient à ces dernières dont le rôle est conditionné par leur fertilité, devenue rare dans ce monde. Ainsi Offred a pour tâche de laisser le Commandant Fred Waterford disposer de son corps (sous le regard de l’Épouse) afin de la mettre enceinte.

Tout est conçu pour nier l'individualité et Offred ne peut que compter sur ses souvenirs pour garder une part de sa véritable identité : June. La qualité de la série repose beaucoup sur la prestation de ses acteurs, avec en tête, le travail incroyable d'Elisabeth Moss en Servante écarlate.

 

Moss

 

Chaque épisode nous plonge un peu plus dans cet univers confiné où nul ne semble libre, même le Commandant et sa femme Serena. La photographie, sublime avec ses couleurs éclatantes, semble rendre encore plus insupportable les atrocités qui nous sont contées.

 

BattuSE

Certains pourraient reprocher à The Handmaid’s Tale une certaine lenteur mais celle-ci sert admirablement bien le récit en montrant de quelle manière la dictature permet au quotidien se s’accommoder de la violence et de l'injustice.

 

b11824_a7a42dc174b14560aca8c80aed9309a3~mv2_d_1588_2246_s_2

Quand au supposé manichéisme du récit, j'avoue ne pas avoir du tout eu cette impression. Tous les personnages restent troubles : l'Epouse dont le regard laisse entrevoir, au détour d'une scène, une souffrance palpable, les faiblesses du Commandant,...

Bien entendu, outre le casting éblouissante, son atmosphère oppressante et sa réalisation soignée, la série interpelle aussi parce qu'elle interroge la possibilité pour toute société de basculer vers la folie. Certains critiques ont fait un parallèle entre la série et le destin des USA depuis l'investiture de Trump. Il est vrai qu'à l'heure où le droit à l'avortement en particulirer et celui de la femme en général semble reculer, on ne peut visionner The Handmaid’s Tale sans penser à la mise en garde de Simone de Beauvoir :

« N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

 

handmaids2-619-386



Vous connaissez cette série et/ou le roman de Margaret Atwood ?