04 janvier 2018

Dans ma boîte à outil : la montre et le ciel

 

Dans le roman sur lequel je travaille en ce moment, un aspect m'offre des migraines : la météo. Le chapitre qui m'occupe depuis quelques semaines se passe en Bretagne en octobre 2013. Cette petite difficulté -rapidement surmontée- m'a donné envie de vous parler de tous ces « détails » autour du temps. Bien entendu on peut décider que personne n'ira vérifier qu'il pleuvait effectivement ce jour-là ou que le 03 octobre était bien un mardi. Pourtant si vous êtes comme moi et appréciez la rigueur, ces questions auront leur importance...

 

L'agenda où la chronologie dans une narration



Même lorsque nos écrits prennent place dans un monde contemporain, on ne doit pas oublier une certaine exactitude. Vous écrivez de la science-fiction ou de la fantasy ? Afin de rendre votre univers/mythologie réaliste, vous avez tout intérêt à soigner les détails. L'ordre chronologique doit être irréprochable. Pour vous aider, vous pouvez construire une chronologie.

Plusieurs méthodes sont possibles : à la main, sous forme de liste ou de frise, à l'ordinateur. Internet offre quelques sites qui peuvent faciliter la vie.

Le site français Chrono-frise est bien conçu bien qu'assez austère. L'avantage est qu'il n'y a pas besoin de s'inscrire pour créer une frise.

 

Frise

 

Sur Preceden, l'interface est plus esthétique et -à mon sens- plus agréable mais il faudra vous créer un compte -fort heureusement celui-ci est gratuit-.

 

Chronologie

 

Qu'importe la méthode ou le support utilisé, je vous conseille de mettre votre chronologie par écrit afin de ne pas vous retrouver avec des incohérences...

 

La montre ou la question du calendrier



Si disposer d'une chronologie aide pour les projets longs, encore faut-il que les informations y figurant soient exactes ! Le petit détail qui tue ? Le jour de la semaine. Parce que soyons francs : qui sait quel jour correspond à une date ? Tenez, le 7 juillet 1945...

 

calendrier_1994

Heureusement il existe des sites qui offrent la possibilité de rentrer n'importe quelle date pour trouver le jour qui lui correspond. Personnellement, j'utilise le site Ephemeride mais il en existe beaucoup d'autres...

 

Ephemeride

 

Le ciel ou la question de la lune, du soleil et des nuages

 

Le montre et le calendrier ne sont pas les seuls outils indispensables à l'auteur soucieux des détails... Le ciel nous promet des variations. La météo tout d’abord... Le site de météo france nous donne l'opportunité de choisir un lieu et une date :

 

Météo

 

Une fois ces informations sélectionnées, une météo succincte s'affiche :

 

Temps passé

 

 

L'autre aspect du ciel concerne la lune et le soleil. Calendrier lunaire pour la première, heures de lever et de coucher pour le second.

Sur le site mentionné plus haut, Ephemeride, on trouve facilement un calendrier lunaire et solaire.

 

Si ces questions vous semblent secondaires, libre à vous de ne pas utiliser les outils proposés dans cet articles. Si, comme moi, vous prêtez attention à ces détails, j'espère que ces adresses vous seront utiles...



Et vous, attaché aux détail ou pas du tout ?

 


23 décembre 2017

Consigne d'écriture n°17 - «Horoscope»

 

La consigne

 

Écrivez un horoscope -fantaisiste ou sur un ton sérieux- pour l'année 2018. Faites-le pour le nombre de signes que vous voulez. Enfin, vous pouvez tout à fait choisir d'utiliser les signes chinois ou même la numérologie. Amusez-vous !

 

simbolos-zodiaco-gif-lala

 

Mon texte

 

Bélier (21 mars – 20 avril) 

Humeur

Cette année vous vous sentirez plus mouton que bélier. Il y a des périodes comme ça... Alors que vous aimez tant foncer tête baissée, la morosité vous transformera en petite chose malléable et flasque. Vous n'aimez pas cela ? Dites-vous que vos proches apprécieront !

Amour

Célibataire, si votre élément est le feu, vous brûlerez peu en 2018. Restez donc chez vous. Et mettez Youporn dans vos favoris. En mai, risque de tendinite chronique.

En couple, le bélier a beau ne pas être châtré, quand on ressemble à un stérilet on réfléchit avant de fonder une famille. La contraception, parlons-en...

Travail

Si vous avez un emploi, vous travaillerez. Sinon... ben non.

Taureau (20 avril – 20 mai)

Humeur

Après la pluie, le beau temps. Sauf en période de mousson. Évidement. Bref une année maussade. Investissez dans les sudoku.

Amour

Célibataire, vous devriez sortir plus souvent... À force de ne compter que sur vous-même pour la bagatelle, vous risquez d'être plus bœuf que taureau.

En couple, ce printemps vérifiez votre front ami taureau... Les cornes ne concernent-elles bien que votre signe ? Non, parce que fouiller son téléphone, ça peut être utile. Immorale mais utile.

Travail

Vos collègues sont agaçants ? Vous risquez fort d'être agacé, et même de voir rouge. Ils sont sympas, dites-vous que ce doit être vous l’emmerdeur du bureau. Dans tous les cas 2018 ne sera pas l'année des ambitions. Sauf peut-être à Candy Crush grâce auquel vous pourrez au moins réussir dans un domaine.

Gémeaux (21 mai – 21 juin)

Humeur

Après avoir lu votre horoscope, vous risquez d'être de mauvais poil. Tournez vous vers l'astrologie chinoise. Ou La boule magique 8.

Amour

Célibataire, et sinon, vous en êtes où de votre collection timbres ? Oui, celle commencée en avril 1997. Si vous n'avez pas de collection de timbres, c'est le moment d'y penser sérieusement. 2018 l'année de la philatélie !

En couple, vous aurez de soudaines envies d'acheter du Destop. Pensez à la congélation, c'est plus discret.

Travail

Vous saviez que la carrière de monsieur Patate n'exige que peu de compétences ? Lancez-vous, mais pas trop loin.

 

Cancer (22 juin – 22 juillet)

Humeur

Arrêtez donc de faire la gueule, ça donne des rides. Et ne souriez pas, vous avez l'air niais.

Amour

Célibataire, apprenez à vivre seul, sans amour et sans tendresse. Sinon les professionnels, c'est bien. Vous êtes pauvre ? prenez-vous en main et vendez vos charmes -laid s’abstenir, ça pourrait vous miner le moral-.

En couple, arrêtez de chercher la petite bête. Après tout, les morpions sont nos amis.

Travail

Répétez avec moi : non, glander sur Facebook ne fait pas parti de votre poste. Jouer au Dénimeur non plus. Alors ne vous étonnez pas des regards haineux de vos supérieurs.

Lion (23 juillet – 23 août)

Humeur

Imposez-vous l'écoute de toute la discographie de Justin Bieber. Deux fois. Ça fais du bien quand ça s'arrête ? Et voilà, vous êtes de meilleure humeur. Cette méthode vous sera particulièrement utile cet hiver. Puis au printemps et en été. Pour l'automne, essayez Jul.

Amour

Célibataire, Rabbit qui vibre, esprit plus libre. Bref, vous ne pourrez compter que sur vous-même. Comme d'habitude.

En couple, vos projets d'avenir étant aussi réalistes que la candidature de Loana à l'Académie française, contentez-vous de regardez la télé, l'allié des unions durables.

Travail

Reprendre vos études pourrait être une idée lumineuse. Ou de la drogue, plus coûteux mais plus efficace.

 

Vierge (24 août – 22 septembre)

Humeur

Méfiez-vous donc des couteaux cette année. Ça pique. Surtout planté dans le dos. Sinon faites du sport, avoir des courbatures vous distraira de votre vie médiocre.

Amour

Célibataire, si vous avez un(e) voisin(e) mignon(ne), allez donc lui emprunter son Nutella. Vous pourrez compenser. Parce que la vie n'a rien d'une comédie romantique. Surtout pour vous.

En couple, si vous êtes infidèle, attention à ne pas vous faire attraper par l'officiel(le). Vous êtes aussi fidèle que Lassie quand elle était vivante ? Mais pourquoi !?

Travail

Votre patron est un con ? Normal, il vous a engagé. Mais sinon 2018 sera placé sous le signe de la tranquillité.

 

Balance (23 septembre – 23 octobre)

Humeur

Vu que Vénus et Mars s'en balancent, essayez la méditation. Ou la marijuana. Ça vous détendra. Pour la seconde proposition, oubliez. Avec votre malchance, vous allez vous faire chopper.

Amour

Célibataire, vous pensiez vraiment lever ce(tte) blond(e) aussi sexy que les fesses pommelées de David Gandy ? Merci pour le fou rire. Achetez-vous une console, les jeux vidéos c'est la vie !

En couple, si vous vous laissez aller à pratiquer le coït, vous risquez -au choix- un claquage, de procréer ou de rester coincés. Bref, bouquinez, c'est plus prudent. Consacrez cette année à l'oeuvre de Balzac, il y a de quoi faire...

Travail

À force, vous êtes devenu un professionnel de la paresse. À vous voir à votre poste, qui croirait que vous n'en foutez pas une ? Bien joué ami balance.

 

Scorpion (23 octobre – 22 novembre)

Humeur

De petits maux de santé vous minera le moral cette année. Si vous êtes constipez, vous aurez du mal à faire caca. Prévoyez quelques sudoku, ça vous occupera.

Amour

Célibataire, bougez votre fondement et inscrivez-vous sur un site de rencontre. Vous serez toujours seul mais ça meublera vos soirées.

En couple, en février, la lune sera en vierge, prévoyez du lubrifiant. Ou dormez sur le canapé. Car oui, c'est une année à thème.

Travail

Si vous n'avez pas dormi sur le dit canapé et que vous travaillez assis, prévoyez d'emmener une bouée. Et repoussez donc votre séance d'aqua-poney.

 

Sagittaire (23 novembre – 21 décembre)

Humeur

Vous angoissez parce que vos bonnes résolutions de la nouvelle année n'ont pas tenu le premier mois ? Nulle inquiétude ami sagittaire, vous êtes juste faible. Ence 2018 lâchez donc prise et acceptez la mollesse de votre caractère.

Amour

Célibataire, à la fin de l'année, vous allez probablement faire une rencontre surprenante et pleine d'émotion. Sans doute avec de l'herpès génital. Consultez et n'oubliez pas de prévenir vos ex.

En couple, le même problème d'herpès que vos petits camarades célibataires ? Si vous êtes fidèle, posez-vous des questions.

Travail

Si vous travaillez, RAS. Si vous êtes à la recherche d'un emploi, idem. Mais arrêtez de croire que Pôle emploi vous aidera à trouver du boulot, à votre âge il serait bon de fuir le pays magique des Bisounours.

 

Capricorne (22 décembre – 19 janvier)

Humeur

Cessez donc de faire chauffer la carte de crédit et rappelez-vous : si c'est gratuit, c'est joli. Si vous résister aux sirènes de la consommation, cette année sera plutôt sereine.

Amour

Célibataire, comme on l'a dit, les économies sont de mises. On renonce donc aux amours tarifées et on lui préférera une séduction sans dépense. Si vous êtes vilain et sans conversation, mettez donc à contribution votre vieille collection de porno des années 90.

En couple, vous avez bien de la chance, vous pouvez toujours essayer de soutirer de l'argent à votre moitié. Si vous êtes marié sous le régime de la communauté, cela ne servirait à rien. Môman avait raison pour le contrat de mariage...

Travail

Ne rêvez pas à une augmentation, si vous n'êtes pas capable de gérer votre propre salaire, il est probable que vous soyez un élément médiocre de votre entreprise.

Verseau (20 janvier – 18 février)

Humeur

En mars, la pleine lune en Balance en Trigone de soleil vous mettra de bonne humeur. On ne s'excite pas ami Verseau, trigone ne sous-entend rien de cochon. Dommage...

Amour

Célibataire, rien de sexuel dans un trigone, on vous a dit. Alors sortez de ce site qui vous promet un plan à trois pour la soirée. Ça n'arrivera pas. Sauf si vous avez un compte en banque plus rempli que votre cervelle. Ou des seins.

En couple, peut-être un trio, oui, mais au Uno. Ou au Trivial Pursuit. En plus, vous allez sans doute perdre.

Travail

En 2018, vous ne compterez pas vos heures supplémentaires. Votre patron non plus, alors dites adieu à votre week-end à Venise en mai.

 

Poisson (19 février – 20 mars)

Humeur

Méfiance, votre entourage n'est qu'une bande de ratés assoiffés de sang. Montrez-leur que vous n'êtes pané de la dernière pluie. Conseil pour 2018 : la solitude est la solution. Vraiment.

Amour

Célibataire, attention, cette année l'eau mouille et quand c'est mouillé, faut partager. Vous pouvez toujours essayer les boîtes échangistes. Si vous être repoussant(e), faites boire votre proie.

En couple, dans la même idée, vous savez ce qu'on dit ? Si c'est mouillé, faut pas gâcher.

Travail

Cet été, au lieu de porter votre costume/tailleur du dimanche, mettez donc du déodorant, comme le dit le proverbe « Peu importe la beauté d'une truite, elle sentira toujours le poisson. »

 

Envie de suivre la prochaine consigne ?

Pour cela, rien de plus simple, inscrivez-vous à la newsletter...

 

Posté par Emilie Cognac à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 décembre 2017

L'écriture pour gérer son passé...

 

Depuis l'ouverture de l'Écrhistoires, nous avons beaucoup parlé d'écriture pour le futur, que ce soit afin de le planifier et de le rêver ou dans l'intention de l'organiser. Mais le passé ? À moins d'être né ce matin, adulte et vierge de toute expérience, le passé influe sur le présent. En bien, lorsque l'on s'efforce de ne pas répéter certaines souffrances et/ou en mal, quand des regrets, des remords, des douleurs nous empêchent d'accéder à la sérénité. L'écriture peut-elle nous aider à intégrer ce passé et ainsi lui enlever de son pouvoir ? Et de quelle manière ?

 

tenses

 

I. La méthode Brunet... ou l'écriture utilisée pour le SPT

 

Commençons par approcher un procédé thérapeutique qui utilise l'écriture. Il ne s'agira pas de le répéter sans la sécurité de médecins ou soignants, seulement de voir comment l'écriture entre en compt.

En France, c'est le psychologue québécois Alain Brunet qui a proposé cette méthode. Après les attentats du 13 novembre 2015, il a proposé son aide aux victimes souffrant de stress post-traumatique. Ce traitement, qui serait efficace pour 65-70% des personnes prises en charge, dure six semaines avec une séance hebdomadaire de 25 min. Une heure avant le début, le patient prend du propranolol, un bêtabloquant, servant habituellement à combattre les migraines, mais qui permettrait d'effacer la dimension émotionnelle des souvenirs traumatiques. Lors de la première séance le patient est invité à écrire son trauma, à le raconter au présent et à la première personne. La semaine suivante -après avoir pris un nouveau comprimé de propranolol- il relit son récit initial. Le patient en fera de même pendant six semaines et, à la fin, le texte ne devrait plus correspondre à son ressenti. Ce ne serait qu'un souvenir douloureux, sans l'effet dévastateur provoqué par l'état de stress post-traumatique.

Une étude est en cours -sur 400 personnes souffrant de SPT- afin de déterminer l'efficacité de cette méthode.

On peut voir que l'écriture -puis la lecture de son propre texte- tient une place centrale dans cette démarche et confirmerait l'intérêt de celle-ci pour consoler du pasé.

6308847_bd2f06efa8e00fdfc099f80d78421e48d62db470_1000x625

 

II. S'en inspirer, oui mais comment ?

 

Comme je l'expliquais plus haut, il ne s'agit pas d’utiliser cette méthode n'importe comment, elle doit être menée dans un cadre médicale. Ce procédé met seulement en lumière l'utilisation qui peut être faite de l'écriture pour gérer des événements déjà passés.

Raconter les circonstances de ce qui nous fait souffrir ou nous empêche d'avance ne suffit pas. Notre état d'esprit doit être propice à mettre de la distance. Ce recul peut tout à fait être atteint avec des méthodes douces comme la méditation. Personnellement, je pratique toujours au moins 10 min de méditation ou de yoga avant de prendre le stylo pour travailler un événement difficile. Ensuite je raconte ce qui s'est passé et ce que cela provoque en moi. Je ne cherche pas à produire un texte littéraire, seulement à rester franche et précise. Le lendemain, ou quelques jours après, je relis le texte et essaie de comprendre pourquoi et comment l'incident en question provoque tant de souffrance. Je recommence autant de fois que cela me semble nécessaire -en faisant une pause d'au moins 24 h entre chaque « séance ». En général, je finis par relire ce récit sans que cela provoque en moi des émotions disproportionnées.

Dans le cas contraire et si j'en éprouve le besoin, je demande de l'aide. Je considère que si je n'arrive pas à vider l’événement en question de sa charge émotionnelle c'est que j'ai besoin d'aller voir ce qui se cache derrière. Pour cela, je me fais accompagner.

 

BEDARD_CAROL-ANN_COUVERTURE_10MAI

 

III. Pour quelles blessures ?

 

Bien sûr cette démarche -écrire l'élément jusqu'à ce qu'il perde de son pouvoir- n'est pas une solution miracle ni le stylo une baguette magique d'Ollivander ! Si l'écriture peut vous permettre de gérer des situations problématiques, son action possible sur les traumatismes reste dangereuse hors de tout cadre thérapeutique. Pour les traumas anciens ou « lourds » l'écriture peut intervenir mais seulement en complément d'autres stratégies que ce soit médicamenteuse, psychanalytique ou via l'EMDR.

 

rwes9owutki6ftj7h4ag

Le personnage d'Ollivander, vendeur de baguette magique dans Harry Potter

 

De nombreuses études montrent que l'écriture peut être thérapeutique, ce qui me conforte dans l'idée qu'on peut l'utiliser efficacement pour le développement personnel. La tenue de mon journal revêt tout à fait cette fonction : écrire m'aide non seulement à gérer le quotidien mais aussi à digérer les difficultés de la vie.

Selon vous, l'écriture peut-elle aider à gérer le passé ?

 

14 décembre 2017

Insolente veggie – Rosa B.

 

Genre : Bande dessinée

Pays : France

Date de publication : octobre 2015

Maison d'édition : La Plage

Prix : 15 euros 90

 

couverture-blog1

 

Résumé : L'album reprend des dessins qui ont fait le succès du blog Insolente Veggie et propose aussi de nombreux inédits. L'auteure aborde avec humour et esprit militant ce qui fait le quotidien des végétariens, des végétaliens et des vegans aujourd'hui : - végétarisme, végétalisme, véganisme, - écologie, - carnisme, spécisme, antispécisme, - lait, oeufs, - viande, élevage, abattage, - corridas, cirque, chasse, zoos, - vivisection...

Malgré le choix de cette semaine, je ne suis pas végane. Pourquoi cette lecture ? Car je suis végétarienne depuis peu et qu'une de mes amies les plus proche, quant à elle est végane. J'ai eu de très nombreuses conversations avec elle sur la question, parce que je voulais comprendre sa démarche et ses convictions. Puis j'ai pu voir à quel point certaines personnes l'attaquaient sur ses convictions alors qu'elle-même n'est ni agressive ni culpabilisante. Au final, voyant combien je m'intéressais à la question de l'antispécisme, elle a eu la gentillesse de me prêter l'ouvrage qui nous intéresse aujourd'hui.

 

Mon Avis

 

Insolente Veggie est un ouvrage à la fois drôle et intelligent. Un humour mordant nous attend à chaque page et j'ai eu beaucoup de plaisir à cette BD. Non seulement elle fera du bien aux végétarien, végétaliens et végétariens mais je ne saurais que trop le conseiller à tout le monde pour comprendre des choix qui nous sont parfois complètement étrangers.

Bien sûr l'auteure, Rosa B. est végan c'est à dire qu'elle ne consomme ni n'utilise de produits issus de exploitation animale et qu'elle est antispéciste. Alors oui ce livre est extrémisme, non dans le sens péjoratif du terme, seulement parce que c'est une femme de convictions qui milite pour ces dernières. En tout cas, je n'ai personnellement pas eu besoin d’adhérer à tous ses propos pour bien marrer en lisant Insolente Veggie. Puis ça m'a fait réfléchir et ça, c'est chouette !

 

Et vous, vous aimez les BD ?

 

Posté par Emilie Cognac à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 décembre 2017

Consigne d'écriture n°16 - «Une fable»

 

La consigne

Écrivez une fable. Pour la forme, libre à vous... Mais surtout amusez-vous !

 

 

Mon texte

 

sitar-5

 

La punk et le joueur de sitar

Une punk en soucis de voisinage

À force de jouer à fond de sa guitare

Vit la police, si elle n'était point sage

Lui promettre quelques mois au mitard.

Hélas, la rebelle, sourde à ces menaces

S'en alla défier tout le quartier

Et s'écria au centre de la place :

« Fuck the police, vous faites vraiment chier ! »

Un galant, surprenant cette complainte

Et trouvant la punk de fort belle mine

Voulut savoir à quoi rimait ses plaintes

Et voici ce que lui dit la coquine :

« Toutes les commères s'en vont en cabale

Car, mon mignon, âme esseulée s'ennuie

En mal d'amour pour que mon cœur s'emballe

Je joue du punk à toute heure de la nuit. »

Le damoiseau émut par tant de grâce

Lui fit alors cette proposition :

« Si ma sérénade vous laisse de glace

Je prendrais publiquement position

Sur l'honneur, je punirais ces commères

D'avoir alerté ces maudits gendarmes

Mais si mes chants vous rendent moins amère

Vous me céderez et rendrez les armes.

Dès lors, abandonnant votre colère

Vous ne jouerez que de mon instrument

Et serez comblée par les quelques airs

Que je vous offrirais en tant qu'amant. »

La punk, attendrie, en fit la promesse

Et le soupirant sortit son sitar

Il en joua si bien, avec tant d'adresse

Qu'elle voulu aussi en jouer sans retard.

L'amour ayant conquis ce cœur volage

Ses guitares se turent désormais

Confirmant ainsi ce puissant adage

Il vaut bien mieux sitar que jamais.

 

 

Posté par Emilie Cognac à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


07 décembre 2017

Le talent et la sueur...

 

Comme je l'évoquais dans le premier billet sur ce site, les artistes éveillent un fantasme dans l'imaginaire populaire : l'auteur qui serait par miracle touché par la muse puis, dans une sorte de fièvre créatrice, produirait un chef d’œuvre. Bien sûr...

On parle de talent pour presque tout : les langues étrangères, la cuisine, l'Art, le bricolage, la broderie, le sport,... Mais quelle est vraiment la place de ce talent par rapport au travail ?

 

114102811_o

 

I. Mais c'est quoi le talent ?

 

Selon mon pote le Larousse, le talent c'est simplement l'aptitude particulière à faire quelque chose et une capacité, un don remarquable dans le domaine artistique. Cette capacité vient d'où ? Y aurait-il, comme dans les contes, une bonne fée qui se pencherait sur certains poupons pour leur octroyer quelque don remarquable ? Posons la vraie question : est-ce la capacité ou le désir qui vient en premier ? La meilleure réponse nous vient d'un grand monsieur de la chanson : Jacques Brel. Dans un entretien radiophonique, plus précisément une interview à Knokke (Begique), le chanteur expliquait : Je suis convaincu d'une chose : le talent ça n'existe pas. Le talent c'est d'avoir l'envie de faire quelque chose. Je prétend qu'un homme qui rêve tout d'un coup qu'il a envie de manger un homard. Il a le talent, à ce moment là, pour manger un homard, pour le savourer convenablement et je crois qu'avoir envie de réaliser un rêve, c'est le talent. Tout le restant, c'est de la sueur, c'est de la transpiration, de la discipline. Je suis sure de ça. L'art je ne sais pas ce que c'est. Les artistes, je connais pas. Je crois qu'il y a des gens qui travaille à quelque chose.

 

 

280px-Loire_Indre_Usse1_tango7174

 

II. Et les génies ? Et les prodiges ?

 

Si on décide de parler de désir, il semble impossible de croire que ce dernier suffira. Un prodige du piano devra passer des heures à son instrument. Peu importe nos facilités, sans sueur elles ne resteront que cela, de simples facilités. Dans le sport de haut niveau, personne ne viendrai remettre en question la valeur d'un entraînement assidu. Pourquoi n'en serait-il pas de même pour un écrivain, un peintre ou un sculpteur ? Concentrons-nous un peu sur la littérature, domaine que je connais le mieux...

Le fait est que les grands auteurs sont des travailleurs acharnés. Pour preuve, il suffit d'un tout petit coup d’œil à quelques manuscrits... Ratures, notes : on peut voir combien l'auteur travaille son texte.

Le grand Charles Dickens, par exemple, avec A Christmas carol :

 

Manuscrit

 

Un autre exemple ? Monsieur Flaubert écrivait dans sa correspondance : « Dieu ! que ma Bovary m’embête ! J’en arrive à la conviction quelquefois qu’il est impossible d’écrire » - lettre à Louise, 10 avril 1853. Cet extrait – ainsi que la photo du manuscrit au-dessus-, nous montre à quel point ces auteurs travaillaient pour produire un texte un abouti.

 

III. Une histoire de temps... Ce qu'en dit la psychologie.

Le psychologue suédois K. Anders Ericsson s'est justement penché sur cette question. Pour se faire, il a mené des recherches dès les années 90. Avec deux confrères, il s'est intéressé à la pratique de violonistes de l'Académie de Musique de Berlin. Il a divisé les musiciens en trois groupes : les futurs solistes, les interprètes de bon niveau et ceux destinés à une carrière dans le professorat. Tous ayant commencé à 5 ans. Ceux du premier groupe atteignaient (avec plus de 30 heures par semaine de paratique) au moins 10 000 heures d'exercice. Le deuxième groupe arrivait quant à lui à 8000 heures et le troisième 4000 heures.

Cette « théorie des 10 000 heures » a été popularisée par le journaliste du New Yorker Malcolm Gladwell dans plusieurs ouvrages sur la réussite. Même le neurologue Daniel Levitin le confirme : « Que les études portent sur des basketteurs, des romanciers, des patineurs, des joueurs d'échecs ou des criminels passés maîtres, le nombre des 10.000 heures revient constamment ».

 

 

2inver5k

 

Dress rehearsal - Greg Olsen

 

Face à tout cela, certains risquent de se décourager : « Il est trop tard pour moi ! J'ai déjà X ans... alors 10 000 heures, ce n'est même pas la peine... » Premièrement cette théorie n'est justement qu'une théorie. Elle signifie simplement que le travail vient d'abord. Peu importe le niveau de départ, à l'arrivée c'est bien la pratique qui fait la plus grande différence. Deuxièmement, dites-vous bien que quelqu'un de 48 ans qui consacrerait 1 heure par jour à l'écriture ou à l'apprentissage du piano, aurait toujours, à 58 ans, 3 650 de pratique de plus que celui qui se serait découragé. Bref, le travail n'est jamais perdu !

 

Alors, prêt à se retrousser joyeusement les manches ?

 

Posté par Emilie Cognac à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 novembre 2017

Instant plaisir : le magazine Flow

 

Aujourd'hui sort le dernier numéro du seul magazine auquel je suis fidèle, je t'en parlais d'ailleurs ici ! Comme j'écris mes articles en avance, il me sera impossible de te parler de cet opus. Cette chronique concerne donc le numéro 20, sorti le 12 octobre.

Genre : Magazine

Rythme de parution : tous les deux mois

Numéro : 20

Rédactrice en chef : Gwendoline Michaelis

Prix : 7,50

Flow-20-avec-code-barres-1140x1419

 

Appartenant résolument à la catégorie « Lifestyle » aborde nombre de sujet mais toujours à travers le prisme de la psychologie positive. Bref une revue sans doute très « bobo » ! C'est sans doute pour cela que je l'adore. Depuis que j'ai découvert Flow, je ne manque aucune parution et attends toujours avec impatience le moment où je pourrais le savourer.

Chaque numéro est conçu autour d'un thème, en octobre Enchanter la vie. Ensuite on trouve plusieurs catégories :

- Belles rencontres « Des portraits de personnes créatives talentueuses et une ouverture sur le monde. »

- Esprit libre : « Des sujets qui invitent à la découverte, la réflexion et à avoir une vision positive de la vie. »

- Petits plaisirs : « Du shopping et des recettes pour se faire plaisir. »

- Douceur de vivre : « Des conseils pour rendre son quotidien plus doux.

 

Mon Avis

 

Ce qui frappe quand on feuillette Flow, c'est le soin consacré à la mise en page. Beaucoup d'illustrations sur un papier luxueux avec parfois de vraies prises de risque visuelles.

Ainsi sur l'article « La philosophie au féminin » :

Philo

En parlant illustrations, chaque numéro comporte plusieurs intercalaires facilement détachable montrent le travail d'un artiste. Pour octobre, c'est Irene Sophia qui a été mise à l'honneur. De quoi donner envie de les mettre sous cadre -saluons la qualité de l'impression!- :

Intercalaire

Le prix élevé de Flow ne se justifie pas seulement par le papier, le magazine est un véritable moment de lecture. Par exemple, l'article « Et si on mettait plus de grâce dans notre vie ? » nous donne de véritables pistes pour enchanter la vie sans nous faire la leçon.

Grâce

Enfin Flow ne connaîtrait peut-être pas un  tel succès -il a été élu Meilleur titre de presse magazine de l’année 2017, lors du Grand Prix des médias CB News- sans ses cadeaux papeterie. Chaque numéro un ou deux godies nous attendent. Cette fois, ce sont trois pochettes cadeaux :

Cado1

Poster, carnets... Ce petit plus ravira les amoureux du papier.

Inutile de le dire : chaque numéro de Flow reste pour une mois une occasion de me poser quelques minutes, de préférence avec une tasse de thé ou de chocolat chaud... Un moment bien-être que je ne raterai pour rien au monde !

 

Vous connaissez Flow ?

 

Posté par Emilie Cognac à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 novembre 2017

Consigne d'écriture n°15 - «Logo rallye musical»

 

La consigne

Cela commence avec une explosion Choisissez un album que vous appréciez -en français hein...-. Vous devrez inclure chaque titre de chanson. Par exemple, pour le dernier album d'Orelsan, il faudrait inclure : la fête est finie, San, basique, tout va bien, défaite de famille, la lumière, bonne meuf, quand est-ce que ça s'arrête, Christophe, zone, dans ma ville on traîne, la pluie, paradis, notes pour plus tard. À toi de jouer !

    

Mon texte

 

Pour cet exercice, j'ai choisi un album qui a accompagné mes jeunes années. Sorti lorsque j'avais 15 ans, « Alors »  du génial groupe de rock français Pigalle, je ne saurai trop vous recommander de l'écouter si vous ne connaissez pas. Je devais donc inclure dans mon texte : alors, geindre, faut pas s'inquiéter, Betty, à quoi servent les prières, parking, joyeux anniversaire, qu'importe les spasmes, ronde, si dormir faisait, allaient-ils s'aimer ?, Il Incesta, anguille, fond de cale, il y a dans les rues de la ville, il faudra bien t'asseoir.

 

R-800880-1411292575-2976

 

 

Alors que ses journées consistent à écouter geindre les clients, elle-même ne se permet pas la moindre lamentation. Pour ses collègues, elle reste la petite boulotte du poste 201. Celle toujours de bonne humeur, prête à s'esclaffer à la machine à café, la gentille blonde qui ne perd jamais son calme. Même quand le vingtième appel de la journée s'ouvre sur des insultes. D'ailleurs, les nouveaux se retrouvent sous son aile et, depuis huit ans qu'elle travaille dans l'immense centre d'appel, elle a formé la majorité des employés. Parce que personne ne reste très longtemps dans le call center. Tante Josiane lui dit souvent qu'elle finira par craquer, qu'elle échouera en maison de repos, sa cervelle de moineau noyée dans les calmants. Qui peut subir une telle pression sans finir cinglé ? « Faut pas s'inquiéter pour moi, Josiane. » répond en souriant Betty. Puis elle repart en chantonnant un refrain des années 80. Mais elle ne démissionne pas.
Le matin, elle se rend à pied à l'arrêt de bus. À Basfroi, Antoine monte et se faufile à côté d'elle. Régulièrement le jeune homme, un grand échalas aux yeux globuleux, lui propose un ciné. Il a deux passions dans la vie : regarder la F1 à la télé et les gros seins. Faut dire que Betty est abondante de partout et Antoine s'adresse toujours à sa poitrine avec beaucoup de tendresse. Elle décline mais il ne baisse pas les bras. Il supplie le Dieu Nichon pour qu'un jour la blonde lui cède. Mais à quoi servent les prières en matière de sexe ? Betty continue de refuser en souriant.
Ce mardi ne fait pas exception. Comme toujours, elle entre par le parking pour pointer plus rapidement. Betty allume son ordinateur avant de se tourner vers sa voisine. Elle lui claque une bise par dessus la cloison. La collègue lui lance un généreux « Joyeuxanniversaire ! Trente ans, ça se fête ! ». Betty avait complètement oublié l’événement et, toute à sa surprise, elle regarde Aurélie sans répondre. La grande brune, aussi fine et molle que du fil dentaire, plaisante un moment sur son grand âge puis retourne à son poste. Trente ans... Betty a trente ans. La jeune femme sent son estomac tressauter et des points noirs dansent devant ses yeux. Avant de pouvoir s'abandonner à cette angoisse, le téléphone sonne. Qu'importe les spasmes de panique qui montent en elle, il lui faut répondre. Replaçant son sourire habituel, Betty se plonge dans le travail. Elle subit les humiliations habituelles avec son pragmatisme légendaire. La douleur arrive en une petite heure. Avant la fin de la journée, la migraine sera intolérable et le casque insupportable. Depuis quelques mois, son médecin l'a arrêtée plusieurs fois et insiste pour qu'elle consulte un ORL. Elle a souri au docteur mais ne fera rien.
Peu avant sa pause, elle reçoit une convocation chez Trottier. Une sueur glacée la fait frissonner : le chef de plateau délègue tout aux superviseurs alors pourquoi veut-il la voir ? La jeune femme se lève et l'étau semble se resserrer autour de son crâne. Comme si son cœur, désormais logé derrière son front, voulait s'échapper. En passant devant le mur vitré du couloir, elle jette un coup d’œil sur sa silhouette ronde et tire plusieurs fois sur sa tunique. La migraine s'intensifie et Betty se demande comment elle va pouvoir parler. Si dormir faisait passer les symptômes... Mais parfois elle se lève avec la douleur. Elle masse sa nuque en marchant. Le grand chauve l'attend, son costume gris impeccable. Depuis deux mois, tout le monde sait qu'il est d'une humeur d'ogre un jour de disette. Il faut dire qu'un petit scandale secoue le centre d'appel. Une rumeur persistait depuis longtemps sur lui et Caressi, une téléconseillère aux allures de poupée gonflable. On avait remarqué leur parade nuptiale. L'homme marié ne cessait de mater la jeune femme et cette dernière passait son temps à minauder avec lui. Bientôt les paris avaient été lancés : allaient-ils s'aimer et commettre l'adultère ? Puis on avait appris que madame Trottier demandait le divorce. Elle les aurait surpris en fort mauvaise posture.
Betty sait tout cela et qu'elle risque de s'en prendre plein à la tête. Le chef de plateau commence son discours bien huilé. Chiffres à l'appui, il lui reproche de manquer de dynamisme. Ensuite il lui passe un enregistrement et souligne chacune de ses faiblesses. Face à ce procès, Betty garde le silence. La douleur augmente encore. Mais il attend qu'elle s'excuse, qu'elle promette de faire mieux, de devenir une téléconseillère modèle. La jeune femme, incapable de parler, se contente de lui sourire, contrite. Ce qui semble agacer Trottier qui, le regard froid, lui lance :
« Je suppose qu'il ne faut pas s'étonner que votre mollesse ne se cantonne pas seulement à vos fesses. »
La valse des points noirs s’accélèrent et Betty a l'impression qu'on lui enfonce un sabre dans la boite crânienne.
C'est là que la colère arrive.
Une colère dont elle ne se savait pas capable. Elle a pourtant eu son lot d'injustices, Betty... Même quand elle se souvient de l'alcoolisme de maman. Même quand le moment affreux lui revient, ce que papa a fait. Cette nuit où il incesta.
Betty essaie de revenir à la réalité mais le moment présent glisse comme une anguille entre ses pensées. La chaise de bureau est toute légère entre ses mains et c'est sans aucune lenteur, sans aucune mollesse qu'elle la lève au-dessus de sa tête. Elle frappe. Et frappe encore. Elle n'aurait jamais cru que tuer quelqu'un ferait si peu de bruit. Celui-ci n'empire même pas sa migraine. Bien moins que les voix aigres dans le casque... Il y a du sang sur sa tunique. Sur ses mains. Il ne respire plus mais la flaque de sang continue de s'étendre sur la moquette grisâtre. C'est joli ce contraste... Elle prend le téléphone.
La police arrive très vite. Bientôt, elle se retrouve à expliquer :
« Faut noter que j'vous ai appelé. Que je me suis livrée tout de suite et tout ça. Faut que j'appelle un avocat ? Comme dans les séries ? Parce que je suis honnête. Je connais pas d'avocat moi... Ni rien. Ça va coûter cher ? J'suis pas à fond de cale mais j'suis pas riche... Notez-le que j'suis pas riche. Que je vous suive ? Je risque de rentrer tard ? J'aime pas rentrer la nuit. Il y a de ces cinglés dans les rues de la ville... J'veux pas me faire agresser. Même que l'autre soir, y avait des racailles dans le bus. Et j'étais toute seule. J'ai eu peur en montant. Je savais pas si je devais rester. Puis je me suis dit « Betty, il faudra bien t'asseoir alors vas-y, ne les regarde pas, c'est tout». Mais j'ai eu peur. Ça a souvent peur... Une femme seule...  »
Personne ne semble l'écouter, alors Betty se penche vers celui qui la pousse et murmure : « On pourrait pas s'arrêter faire une course, m'sieur l'agent ? Sinon j'pourrais pas faire de gâteau. »
Puis elle ajoute, avec un sourire éclatant :
« Aujourd'hui, c'est mon anniversaire. »

 

23 novembre 2017

Les verbes faibles, un problème ?

 

Sur certains sites -et dans quelques ouvrages- il est courant de lire qu'un écrivant doit faire la chasse aux « verbes faibles ». Les principes d'écriture restent toujours utiles mais il ne s''agit aucunement de les suivre aveuglément. J'ai eu envie de revenir sur cette notion.

Verbes faibles, une notion juste ?

 

Si l'anglais ne vous est totalement étranger, vous savez que les verbes faibles correspondent, dans cette langue, aux verbes réguliers. Il en est de même en allemand. Utiliser ce même adjectif engendre donc une certaine confusion. D'ailleurs on trouve parfois d'autres termes pour qualifier ces verbes : pauvres, ternes, passe-partout.

Peu importe le nom qu'on choisit de leur donner, les verbes faibles sont ceux que l'on utilise à tout bout de champ : être, avoir et faire. On peut leur adjoindre : devoir, mettre, prendre, aller, pouvoir et dire. On emploie aussi beaucoup sembler, regarder, continuer de, se sentir, voir...

51X6MTDE1NL

 

Faiblesse ou simplicité ?

 

Ceux qui choisissent de les nommer « verbes faibles » expliquent que ces verbes affaiblissent la phrase. Ceux qui les appellent « pauvres » justifient cette préférence par opposition avec un vocabulaire « riche ». Hélas, la popularité de ce principe « faire la chasse aux verbes faibles » a conduit certains écrivants à tomber dans l'excès. Ils veulent les remplacer au maximum et à force d'abuser du dictionnaire des synonymes, leur prose devient lourde, ampoulée, peu naturelle.

Je préfère utiliser le qualificatif de « passe-partout » car c'est bien cela qui pose problème. Employer « être », « aller » ou « avoir » peut tout à fait convenir. Là où il faut rester attentif c'est aux répétitions et à l'imprécision. Au-delà de ces écueils, je ne vois pas pourquoi on les remplacerait...

 

81M95WRNFzL

 

Les remplacer ?

 

Ainsi l'objectif ne sera pas de proscrire une liste de verbe mais de faire le choix le plus pertinent.

Man1

 

Dans le paragraphe qui suit j'ai surligné les verbes considérés comme passe-partout :

Seul le crissement des pas sur le gravier perturba le silence de la nuit. Sous le couvert de l'obscurité, impossible de deviner qui elle était sous la large cape bordée de fourrure. Seule certitude : la main qui maintenait la capuche était du sexe féminin. Un esclave, lanterne à bout de bras, vint l'accueillir. Sur son visage étroit, il y avait une soumission lasse. Nul n'aurait pu penser qu'il connaissait l'identité de la dame. En vérité, la morsure du fouet lui avait enseigné la discrétion plus sûrement que la loyauté. Avec une révérence, il fit signe à la femme de le suivre.

A chaque occurrence, je me suis demandé si le verbe gênait et s'il pouvait être remplacé. Comme vous le verrez, on peut tout à fait changer la construction d'une phrase ou jouer sur la ponctuation pour éviter les répétitions.

Seul le crissement des pas sur le gravier perturba le silence de la nuit. Sous le couvert de l'obscurité, impossible de deviner qui se cachait derrière l'élégante silhouette, sous la large cape bordée de fourrure. Seule certitude : la main qui maintenait la capuche appartenait au sexe féminin. Un esclave, lanterne à bout de bras, vint l'accueillir. Sur son visage étroit : une soumission lasse. Nul n'aurait pu penser qu'il connaissait l'identité de la dame. En vérité, la morsure du fouet lui avait enseigné la discrétion plus sûrement que la loyauté. Avec une révérence, il fit signe à la femme de le suivre.

En matière d'écriture, aucune règle ne doit être suivie aveuglement. Gardez à l'esprit qu'une correction doit d'abord servir le texte.

 

Que pensez-vous de cette « règle » ?

 

Posté par Emilie Cognac à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 novembre 2017

Débuter un Bullet Journal

 

Au moment de la rentrée, j'avais publié un article sur l'organisation. Toute une partie était consacrée au Bullet Journal sans pourtant en donner le mode d'emploi.

Pour beaucoup, Ryder Carroll a réinventé la roue mais nul besoin d'idée révolutionnaire, le principe se révèle bien pensé ! Depuis que le designer américain a partagé le Bullet Journal, il connaît un succès impressionnant. Il suffit d'un tour sur Pinterest pour s'en rendre compte. En quoi consiste le Bullet Journal ? Il s'agit, dans un carnet, de regrouper agenda, to-do list, journal, notes,...

Or comme je l'expliquais en septembre, ce système est devenu un moyen d'expression créative. Et c'est très bien ! Sauf que la profusion de pages joliment illustrées peut effaroucher quiconque veut s'essayer au Bullet.

Si vous avez envie de tenter le coup, je ne saurais trop vous conseiller de faire au plus simple. Puis, au bout de quelques semaines -ou mois-, éventuellement de décorer un peu vos pages. La règle est de ne jamais empiéter sur la raison d'être véritable du BuJo : mieux gérer son temps pour en gagner.

 

Rydercarroll

Twitter: @rydercarroll

 

Pour commencer...le matériel

 

Sans doute, quelque part chez vous, traîne un petit carnet ou un simple cahier d'écolier. Pas la peine d'investir ! Si dans trois ou six mois la méthode vous convient encore, il sera toujours temps de vous faire plaisir avec un support plus luxueux.

Vous avez un cahier ? Très bien ! Prenez un stylo et une règle.

Et bien vous avez tout ce qu'il vous faut !

 

Matériel

Un matériel minimaliste



La notice de votre Bullet : les clefs

 

Pour mieux visualiser tâches et rendez-vous, on va utiliser différentes « puces ». Sur l'illustration ne figurent que quelques possibilités, à vous d'enrichir la page de vos propres « clefs ».

 

Clefs

 

Le GPS du Bullet : l'index

 

Après la page « clefs », intervient l'index. Une à quatre pages selon l'épaisseur de votre support... Pour cela, rien de plus simple : une colonne "numéros de page", une colonne "intitulés". Il suffira ensuite de numéroter chaque page terminée avant de l'inscrire dans l'index.

 

Index2

 

Les calendriers

 

Ensuite arrive la partie organisation/agenda. Pour pouvoir noter vos engagements à l'avance, il vous faudra un emplacement « future log » :

 

Futurelog

Une vue mensuelle vous permettra de vérifier en un coup d’œil vos disponibilité lors de la prise de rendez-vous :

 

Novembre

Bien que je n'utilise plus de vue hebdomadaire depuis quelques semaines, vous pouvez tout à fait en créer une :

 

Semaine2

 

Au quotidien : les vues journalières

 

Chaque matin -ou la veille au soir-, il vous suffira de note la date du jour puis les évènements et tâches prévue. Un conseil : pour le moment ne préparer pas ces pages en avance au risque de vous retrouver au limiter quand dans un agenda lambda.

 

Dailly

 

 

Surtout pas de pression, si vous n'avez pas eu le temps -ou l'envie- de terminer vos tâches, contentez-vous de reporter celles concernées au lendemain. À mort la culpabilité !

 

Les collections

 

Sous ce terme, on trouve un peu de tout. Vous avez envie de disposer d'une liste de livres à lire ? Créez-la ! Ou vous aimez noter les citations qui vous parlent ? Allez-y ! Pas de limite aux collections. Et qu'importe qu'elles soient au milieu de votre mois de novembre : l'index permet de les retrouver.

 

Citations

 

Un outil de motivation : les pages de suivie ou tracker

 

Quand on essaie de mettre en place une nouvelle habitude, toutes les aides sont bienvenues ! Le Bullet Journal peut être un allier précieux en la matière. Par exemple, si on veut faire du yoga tous les jours, on peut se faire un tableau où il suffira de cocher les jours durant lesquels on a réussi son challenge.

 

Yoga

 

 

Attention de ne pas multiplier les bonnes résolutions, mieux vaut prendre le temps d'ancrer une pratique. S'atteler à plusieurs défis risque d'épuiser votre volonté. Surtout restons bienveillant envers soi !

Un dernier conseil avant de vous laisser : prenez le temps d'adapter votre Bullet. Cette personnalisation ne se fera pas en quelques jours. Et n'oubliez pas que rien n'est gravé dans le marbre. Une méthode d'organisation doit s'adapter à votre caractère, non l'inverse. Ainsi j'aime que les choses soient rangées donc les collections et trackers mélangés et éparpillés ne me convenaient pas. J'ai décidé de tenir mon BuJo dans un planner, avec des intercalaires dédiés à chaque section.

 

Et vous, quelle organisation vous convient ?

 

Posté par Emilie Cognac à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,