13 février 2017

Un nouveau magazine : Respire

 

La lecture tenant une place primordiale pour mon travail, j'inaugure une nouvelle catégorie sur ce thème. Dans de courtes critiques, je partagerai régulièreme,t avec vous les ouvrages/articles/magazines qui m'ont plu -ou non- inspiré -ou pas-.



Genre : Magazine

Rythme de parution : tous les deux mois

Numéro : 1 (janvier-février 2017)

Édité par : Oracom

Rédactrices en chef : Agathe Lebelle / Iris Maluski

Prix : 5,95

 

ob_5d8a7a_magazine-respire-creer-du-temps-pou

 

Une fois n'est pas coutume, nous parlerons aujourd'hui d'un nouveau venu dans les kiosques...

Je ne suis pas particulièrement friande de presse. Déjà parce que cela demande un certain budget, que je préfère consacrer aux livres, et parce que je suis difficile en la matière. En outre, je me lasse vite.

Depuis un an, je reste fidèle à un seul magazine : Flow qui marie mon amour du papier, ma passion pour la créativité et mon intérêt pour le bien-être sous toutes ses formes.

Toujours à l'affût, je suis tombée sur le premier numéro de Respire dont la ligne éditoriale est résumée en quelques termes sur la couverture : Bien-être - Pleine Conscience - Créativité - Évasion. Beau programme...

 

Mon Avis

 

Premier numéro rime souvent avec petits couacs et quoi de plus normal ? Qu'une revue ait besoin de plusieurs parutions pour parfaire sa formule, je le conçois aisément. Je me suis lancée dans ma lecture avec une bonne portion de tolérance...

Quelques éléments peuvent effectivement être imputables à la jeunesse de Respire... Concernant les cadeaux (deux enveloppes, deux papiers à lettre, quatre papiers créatifs), je regrette qu'ils ne soient pas pré-découpés. Cela peut sembler un détail mais devoir abîmer le magazine, puis redécouper tout ça, fait une vraie différence pour les passionnés de papeterie. Ensuite, dans le domaine des agacements, il manque les références complètes des ouvrages cités -maison d'édition,...- et le prix des objets proposés.

Rien de grave me direz-vous. C'est vrai. Surtout quand on regarde les articles de plus près. Avec une ligne éditoriale qui s'attache tant au bien-être, on s'attend à ce que le magazine fasse une part belle à la légèreté. Et ça, on peut dire que c'est léger ! Tellement léger qu'en fait c'est SURTOUT superficiel.

Chaque sujet est tellement survolé qu'on peut se demander si les auteurs ont procédé à des recherches. Peu ou pas de travail journalistique ! Les articles font penser à des parutions de blog, sympas mais sans profondeur. Les études citées ne sont pas référencées, rien n'est argumenté ou justifié. À croire que pour l'équipe de la rédaction, les bobos -cibles, avouons-le, de Respire- sont des lecteurs tellement bohèmes qu'ils sont prêts à gober tout ce qu'on leur dit du moment que ça parle nature, sommeil, méditation ou yoga.

Des papiers superficiels alternent donc avec des extraits d'ouvrages, quelques citations pour faire bonne mesure et des illustrations pastelles pour faire joli, le tout un brin moralisateur. De la psychologie de comptoir qui pourra contenter ceux qui veulent se détendre et dont l'intérêt pour le Bien-être, la Pleine conscience et la créativité se limite à parcourir une fois par mois un article sur ces questions.

Quelle déception !

 

Et vous, lecteur de magazine ou pas du tout ?

Posté par Emilie Cognac à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


09 février 2017

Exprimer sa gratitude

 

À cinq petites journées de la Saint-Valentin, j'ai d'abord pensé aborder la question du couple mais, en ayant débuté février avec un sujet coquin, j'ai rapidement repoussé l'idée. La catégorie qui nous occupe étant Se réécrire, j'avais envie d'adapter le sujet avec une chronique tournée vers les autres. Ce n'est que devant mon écran, la page blanche me narguant avec morgue, que j'ai su que je voulais parler gratitude.

I. Mais c'est quoi la gratitude ?

 

Le Larousse -grand ordonnateur du vocabulaire- nous donne la définition suivante : Reconnaissance pour un service, pour un bienfait reçu ; sentiment affectueux envers un bienfaiteur : Manifester sa gratitude à quelqu'un. On peut se demander s'il y a une différence entre remercier et exprimer sa gratitude.

Les remerciements font partie de nos réflexes de politesse et on a tendance à l'utiliser à toutes les sauces sauf à celle de la bienveillance. Personnellement, j''emploie le terme gratitude pour différencier le jeu social d'une démarche choisie, celle d'exprimer sa reconnaissance sans attente de réponse ou de retour. Par conséquent bien loin de la grande messe commerciale de la Saint-Valentin et autres fêtes de supermarché.

 

II. La mode de la gratitude

 

La gratitude est à la mode, en témoigne le nombre croissant d'articles sur le Journal de gratitudes. Celui-ci fonctionne sur un principe simple : noter régulièrement les choses pour lesquelles nous sommes reconnaissants. Si cette habitude, que je pratique, a pour objectif de renforcer notre stabilité émotionnelle, notre bien-être et de lutter contre le pessimisme, c'est un acte orienté vers soi. Or, en ce mois estampillé comme celui de l'amour, je préfère vous faire une proposition tournée vers l'autre.

 

Girl Writing a Love Letter 1755

 Young Girl Writing a Love Letter, Pietro Antonio Rotari

 

III. Le défi du mois : la lettre de gratitude

 

Le mois dernier j'abordais ici la question des bonnes résolutions et parlais du journal d'Estime de soi, pratique que j'ai mise en place en 2016. Lorsque 2017 a pointé le bout de son nez, j'ai choisi un autre défi.

Une fois par mois, sans me préoccuper de ma pudeur ou de ma timidité, j'essaie simplement d’exprimer ma gratitude. Faire la démarche d'envoyer une lettre change tout : on est dans un acte réfléchi, qui demande du temps. J'envoie un courrier à quelqu'un qui compte ou a compté, une personne dont l'amitié, la chaleur, la bienveillance a éclairé ou éclaire ma vie. Je n'en écris pas trois tonnes, je me contente d'expliquer ma démarche et pourquoi je suis reconnaissante.

Je n'ai aucun recul sur ce challenge. Comment je vais le vivre ? Est-ce que les destinataires vont m'en parler ? Peu importe les conséquences de cette démarche, je vous tiendrai au courant, soit au fil des mois, soit avec un bilan à la fin de l'année.

 

Moine

 

Et vous...

Pour qui, ici et maintenant, éprouvez-vous de la gratitude ?

Avez-vous exprimé cette gratitude ?

 





02 février 2017

5 règles pour écrire une -bonne- scène de sexe

 

Cet article est seulement le deuxième de sa catégorie -retrouvez le premier ici- et j'aborde déjà un sujet coquin... En ce mois de la Saint-Valentin, je pourrais prétexter vouloir rester au plus près du calendrier sauf que non. Ce choix tient à une seule chose : pour moi les scènes de sexe ont longtemps été une épreuve. Parce qu'elles tiennent en un équilibre délicat et produire une bonne scène reste difficile. Il m'aura fallu du temps, et du travail, pour ne plus redouter l'exercice. De ce processus, j'ai appris quelques astuces que je veux partager avec vous. Plus exactement j'ai désormais 5 règles :

 

5 règles

 

 

La préparer en amont

 

Plus votre scène sera préparée, plus l'exercice sera facile. Non seulement la caractérisation de vos personnages doit être solide mais la relation entre les protagonistes doit être claire. Que ces éléments existent dans les chapitres précédents ou seulement dans votre esprit, peu importe, il faut que vous sachiez ce qu'il en est. On ne caresse pas un inconnu de la même manière que la personne qui partage notre vie depuis des années... Une femme complexée et mal à l'aise avec son corps n'agira pas comme une héroïne sûre d'elle et de sa féminité. Bref, les choix que vous ferez devraient, dans l'idéal, découler naturellement de la psychologie de vos personnages.

 

Lui donner une fonction

 

Il existe un principe auquel j'essaie de ne jamais déroger : mes scènes/chapitres doivent avoir une fonction. Les scènes de sexe aussi. Quand je m'apprête à écrire le premier jet d'un passage je me demande toujours à quoi sert une scène.

Deux fonctions principales peuvent motiver une scène : faire avancer le récit ou caractériser un personnage. Peu importe quelle est l'utilité, il doit y en avoir une. À quoi bon le sexe pour le sexe ? même dans un roman érotique...

Lorsqu'un « couple » se tourne autour depuis plusieurs chapitre, la scène en question peut servir à changer leur relation, donc faire avancer le récit. Au début d'un roman, mettre son héros dans une situation érotique peut nous montrer le rapport qu'il entretient avec sa sexualité, avec les femmes,... En d'autres termes donner à voir au lecteur une partie de son fonctionnement psychologique.

Écrire porte fermée

 

Même dans notre société habituée à l'étalage de la nudité, la sexualité reste un domaine qui véhicule des éléments lourds de sens. Écrire une scène de sexe interroge notre propre rapport au corps, à la sensualité et peut bousculer nos tabous. Quand je suis confrontée à un tel passage, je fais particulièrement attention à écrire porte fermée. C'est à dire que je ferme symboliquement la porte au regard des autres. J'écris comme si personne jamais ne devait lire mes mots. Il faut se sentir libre au moment du premier jet. Il sera toujours temps de retravailler la scène par la suite.

 

violon-ingres_man-ray

 Le Violon d'Ingres - Man Ray

 

 

 

Savoir la délimiter

Parfois quand une scène ne fonctionnait pas ou que j'avais du mal à l'écrire, m'interroger sur ses limites m'a permis de dépasser mes difficultés. J'entends par là quand la scène commence et finit... Il m'est arrivé de supprimer tout le début d'un passage pour débuter le récit dans le feu de l'action et me rendre compte que mon récit gagnait en intensité et en dynamisme. Savoir quand retrouver et/ou quitter les personnages -à quel moment du récit- peut changer beaucoup de choses. N'hésitez donc pas à tester plusieurs versions en jouant sur ces limites.



Éviter les pièges « viande et dentelles »

Grande lectrice, j'ai remarqué que deux pièges guettent les scènes érotiques dans la fiction. J'ai surnommé ces écueils « viande et dentelles ».

  • Viande pour l'effet « viande dans le torchon ». Oui l'image n'est pas ragoutante, comme certaines scènes de sexe complètement ratées. C'est quand l'auteur décide d'appeler une bite une bite, de faire dans le cru mais sans savoir doser. Il ne faut pas tomber dans le mauvais porno. Du genre "Il la fourra jusqu'à la gerde tant elle était trempée".

  • Le second obstacle est celui de la « dentelle ». Le terme évoque, pour moi, les romances ratées. Quand par excès de romantisme et de pudeur, l'auteur se refuse à tout vocabulaire érotique et multiplie les métaphores farfelues. (Une fois j'ai pu lire « bouton magique » utilisé pour clitoris. J'en rigole encore...). Mieux mieux passer outre une scène de sexe et la contourner intelligemment plutôt que de l'écrire la honte au bout du stylo et finir par tomber dans le ridicule.

Legs Eleven Jack Vettriano

Legs Eleven - Jack Vettriano©



Et vous, quels éléments vous posent le plus de difficultés ?

Qu'en est-il des passages érotiques ?

 

 

 

 

26 janvier 2017

Gros mots, grossièretés et autres jurons



Ce mois-ci dans ma boîte à outils : les gros mots.

J'aurais pu commencer cette nouvelle catégorie -à retrouver une fois par mois- avec une définition un brin poussiéreuse et savante, telle la stichomythie1. Mais non... Je préfère commencer par un thème tout aussi important -oui,oui...- mais un poil de licorne plus amusant : les gros-mots, jurons et autres joyeusetés que notre belle langue nous offre.

Mais en quoi les gros mots ont-ils leur place dans la boîte à outil d'un écrivant ?

Tout d'abord un petit rappel, ami lecteur, sur ce que j'entends par gros mot. J'ai choisi de m'en tenir à la définition qu'en fait Pierre Guiraud Il s’agit plutôt des termes qui choquent parce qu’ils touchent des domaines tabous notamment la religion, la sexualité et la scatologie.2

 

haddock-insulte

 

Les gros mots : un art mouvant



En général, on qualifie une langue de vivante parce qu'elle est pratiquée de nos jours mais, pour moi, la première caractéristique d'une langue vivante est bien qu'elle est douée de vie. Donc dans le mouvement, la transformation, l'évolution. Vouloir graver le français dans le marbre d'une académie serait un blasphème. Les gros mots, comme tout le reste de notre vocabulaire, ont un passé. À chaque terme même grossier correspond une histoire, une biographie, une fiche d’identité.

Prenons un mot à la vulgarité limitée mais beaucoup utilisé dans nos embouteillages : le bon vieux « con ». Son arrivée dans notre langue daterait du XIIIe s. et ne désignait alors que les parties naturelles de la femme3 . À cette époque, c'était certes un mot qui évoquait l'intimité mais ce n'était pas une insulte. Ce n'est qu'au XIXe s. que « con » est devenu une injure vulgaire au sens d’abruti, de crétin. Et que dire de notre langue contemporaine ? dans laquelle on peut se demander si con, un peu usé, possède encore l'aura de scandale attaché aux gros mots...

Gardez cela à l'esprit, que les mots -gros ou pas- ont tous une histoire et que le sens qu'on leur donne aujourd'hui n'est peut-être pas celui qu'on leur prêtait hier.

 

Figues_-_couille_du_pape

Variété de figues communément appelée "Couille du pape" - et oui ça me fait rire... 

 

Le gros mot au service du personnage



Le plus souvent lorsque l'on rencontre des gros mots dans un roman, ils sont placés dans la bouche ou les pensées d'un personnage.

N'oubliez pas que tous les dialogues n'ont pas pour fonction de donner du réalisme à l’œuvre. Prenons pour exemple Oscar Wilde. Dans Le Portrait de Dorian Gray, les dialogues fourmillent de bons mots, d'aphorismes,... L'esprit prime sur le réalisme et c'est, entre autres, ce qu'apprécient ceux qui admirent Wilde.

Mais si vous voulez que vos dialogues apportent l'impression d'être « réels», les gros mots auront leur place dans votre boite à outils.

Dans l'idéal, chacun de vos personnages doit être identifiable par sa manière de « parler ». Notre langage transporte toute notre histoire et dépend aussi bien de notre éducation, notre lieu de vie, notre niveau social que de notre caractère ou de notre rapport aux autres et à nous-même...

Quelques termes d'argots, un gros mot ou une expression imagée situent parfois plus efficacement un personnage qu'un interminable paragraphe sur sa biographie. Émile Zola, par exemple n'hésitait pas à donner à ses personnages un ancrage profond dans leur réalité sociale : Nom de Dieu de nom de Dieu ! répéta Maheu en relevant la tête. Nous sommes des jean-foutre, si nous acceptons ça (Germinal, p.175)

Dans la même idée, le récit lui-même peut se situer depuis le point de vu d'un personnage. Une description de l'océan changera du tout au tout selon si elle est transmise par un narrateur neutre, une jeune femme romantique ou un artiste dépressif. Bref si vous décrivez un lieu ou un événement à travers le prisme d'un personnage qui émaille ses dialogues de quelques gros mots bien sentis, en parsemer intelligemment votre texte rendra le passage plus cohérent et dynamique.

Les gros mots peuvent donc participer à une bonne caractérisation des personnages.

 

Capitaine_Haddock_jurons

 

La rue dans le texte et le style

 

Il me semble difficile de parler seulement de la place du gros mot dans la littérature car il s'agit plus souvent de la question plus vaste de l'oralité. Depuis Rabelais et sa volonté d'explorer le français, (langue vulgaire tout entière à l'époque où seul le latin était admis), en passant par Céline et l'anti-héros de Voyage au bout de la nuit, parvenir à jouer sur l'oralité est un exercice difficile. Mais cela nous prouve que la crudité, les gros mots, et la vulgarité ne sont que des outils. À partir de là, seul le travail et le talent des auteurs décident de ce que ces outils peuvent devenir : vecteur du réel chez Zola, dénonciation satirique chez Rabelais, claque stylistique chez Céline, poésie érotique pour Chimo (Lila dit ça),...

Comme tout outil et technique, vous avez tout à gagner à en expérimenter l'utilisation...

Francois-Rabelais-4

 

Alors, ces gros mots... Vous les utilisez ou pas ?

 

 

 

1 Dialogue en vers dont chaque réplique occupe un seul vers, Lexique des termes littéraires, ouvrage dirigé par Michel Jarry, Le Livre de Poche, 2001

2 Cité dans l'article L'injure en littérature française : un jeu langagier à enjeux spécifiques RIHAM EL KHAMISSY Université d'Ain Shams, Le Caire

3 Dictionnaire de l'ancien français, Algirdas Julien Greimas, Larousse, 2001

19 janvier 2017

Au commencement de l’Écrhistoires



Si vous avez eu la curiosité de parcourir ma page de présentation, vous savez que j'ai ouvert cet espace pour partager mes découvertes autour de l'écriture. Dans mon activité professionnelle, j'aide mes clients de deux manières :

  • en les aidant à développer leurs compétences en écriture

  • en utilisant des exercices simples d'écriture pour leur épanouissement personnel

Les deux catégories principales de l’Écrhistoires étaient toutes trouvées...

 

« Écrire », un artisanat

 

L'écriture créative a traditionnellement pour objectif de rendre accessible des techniques rédactionnelles. Depuis longtemps, dans les universités anglophones, les étudiants peuvent s'initier à la création littéraire et les articles et ouvrages abondent. Hélas, ils sont trop rarement traduits. Dans la catégorie « Ecrire », je partagerai avec vous une partie de ces techniques.

J'ai la conviction que tout le monde peut améliorer ses capacités et j'espère que vous trouverez la preuve que vous aussi vous avez le droit de développer vos compétences. Vous verrez que les possibilités sont vastes que ce soit en terme d'inspiration, comme avec mon article Les 3 clefs de l'inspiration ou autour de thèmes comme la caractérisation des personnages, la description, la nouvelle, l'écriture poétique,...

 

 

10996473_10203638767910863_2118853191834685531_n

 

 

« Se réécrire », l'écriture pour s'épanouir

 

Alors que ma vie et ma profession tournaient déjà autour des mots, le destin a placé sur ma route de grandes difficultés. En me battant pour les surmonter, j'ai eu la confirmation de ce que je soupçonnais depuis longtemps : l'écriture peut nous aider à nous épanouir.

La deuxième facette de mon métier consiste aujourd'hui à mettre l'écriture au service du mieux-être, du mieux-vivre, du mieux-communiquer. Voilà comment est née la catégorie « Se réécrire ». Au fil des articles, j'espère vous offrir des opportunités d'expérimenter à votre tour les formidables pouvoirs de l'écriture...

Citation1

 

À la source : la créativité

 

Alors que je mettais en place ces deux catégories, j'ai eu l'intuition qu'il manquait quelque chose. Un domaine qui, dans ma vie, est à la source de la plupart de mes projets, de mes recherches, de mes apprentissage : la créativité. En comprenant cela, j'ai senti que je devais créer une troisième catégorie. Car au-delà de l'écriture, la créativité peut enrichir notre quotidien, nourrir nos projets, magnifier la routine.

Trop souvent j'entends des gens dire « Je ne suis pas créatif/ive... », « Je n'ai aucune imagination... », « Je ne suis pas manuel(-le) ». D'une petite voix désolée, appuyée parfois d'un soupir de dépit ou de résignation... Et pourtant de la même manière que l'on peut développer sa souplesse avec le yoga, il est possible de nourrir sa créativité !

Voilà comment est née la troisième grande catégorie de ce blog : E-créativité.

 

 

Citation2

 

Et vous, quel est votre rapport à la créativité ?

 

 


12 janvier 2017

Le piège des bonnes résolutions - ces ribaudes -



Nous voilà mi-janvier : l'effervescence des fêtes apaisée, nous reste la fatigue. Demeure aussi le poids de nos bonnes résolutions. Si, comme moi, vous faites partie des êtres humains, en vous réside ce désir vain de perfection. Et la nouvelle année apporte dans son sillage son lot de pensées supposées nous transcender : je vais me mettre au sport, je serai moins dépensier/sière, je serai plus organisée, j'arrête de fumer/procrastiner/lire des Harlequin,... (rayez les mentions inutiles...).

Mais voilà, la vie et le quotidien nous rappellent souvent à l'ordre de notre humanité, donc de nos faiblesses : nos bonnes intentions s'érodent sous l'écoulement du temps.

I. Les bonnes résolutions, une mauvaise idée ?

Ne pas tenir nos bonnes résolutions ne devraient pas nous poser problème. Ce n'est pas comme si c'était la première fois, pas vrai ? Sauf que... Sauf que, pour moi et beaucoup de mes amis, ce renoncement annuel laisse un goût amer sur la langue. Et sape notre estime de soi. Non seulement nous ne sommes pas plus souple, plus sain, plus hydraté ou toute autre aspiration sortie d'un rapport de l'OMS, mais nous avons la désagréable impression de n'être qu'un mollusque sans volonté.

Voilà où réside le piège de ces petites coureuses de remparts1 que sont les bonnes résolutions : remplacer le mieux vivre espéré par une ritournelle d'auto-critiques.

C'est le moment où, sur de nombreux sites -sincères mais parfois néfastes- certains parleront de résolutions positives. Cela va de se mettre à la méditation pour endiguer le stress au journal de gratitudes pour nous prouver, à nous pauvres hères râleurs, que la vie, quand même, elle est vachement chouette...2 Sauf que le piège risque de se refermer -encore !- sur notre bonne volonté.

 

buee-miroir

II. La pensée positive ? Oui mais non...

 

Depuis quelques années, je suis ce que l'on pourrait appeler une adepte de la psychologie positive. Cela peut sembler étrange de se déclarer groupie d'une discipline scientifique mais je préfère cette formulation. Parce que pensée positive et psychologie positive sont trop régulièrement confondues. Alors que la seconde s'avère juste être l'étude de ce qui rend les humains heureux, optimiste, résilients, la première recèle une dimension magique : il suffirait de voir le verre à moitié plein pour arrêter de s'y noyer perpétuellement.

Attention, loin de moi l'idée que cette vision des choses s'apparente forcément à une ineptie. Simplement pour moi cela a été catastrophique.

Je vais me permettre de parler un peu de moi. Dans une période difficile, alors que mon estime de moi n'aurait pas seulement rempli le quart d'un dé à coudre, j'ai voulu changer mon regard. Je me suis retrouvée à noter, chaque matin, un mantra censé me transformer du genre « Je suis quelqu'un d'estimable, j'ai de la valeur et je m'aime ». Hélas, incapable de le croire au plus profond de moi, cela me donnait l'impression, au fil de ma journée, de ne pas être à la hauteur. Non seulement cela ne m'empêchait pas de retomber dans le piège de la rumination fielleuse mais je culpabilisais de me sentir coupable de ne pas être parfaite. Vous voyez le guano ?

 

Fontenelle



III. Une bonne résolution : se donner de l'amour...à soi-même

 

Le mois de janvier pourrait très bien se passer de ces bonnes résolutions avortées trop vite. Hélas, j'adore avoir cette impression de me refaire une vie toute neuve à la moindre occasion.

Un peu comme la rentrée des classes, lorsqu'on peut s’enivrer de l’odeur des cahiers neufs ouverts sur un avenir riche de perspectives.

La seule réponse que j'ai trouvée qui réconcilie mon amour de la bonne résolution et l'envie de rester bienveillante est toute simple. Je l'ai mise en place l'année dernière et si je suis loin de la perfection, j'essaie de le faire régulièrement. Cette habitude qui me tiendra lieu, cette année encore, de bonne résolution, c'est la tenue d'un « Journal d'estime de soi ».

Offrez-vous un petit carnet, un cahier, agrafez ensemble quelques feuilles blanches, qu'importe... Et essayez de noter tous les soirs une à trois jolies choses sur vous. Même des détails que vous trouvez insignifiants... L'important ce n'est pas tellement le contenu de cette petite liste mais d'être dans une démarche de valorisation de soi. Cela peut être une chose que vous avez accomplie, une pensée positive -tiens, tiens...- l'aide que vous avez apportée à un proche ou un inconnu,... Trouvez et écrivez trois jolies choses sur vous. Célébrez la moindre petite victoire, le moindre de vos sourires. Si certains jours, cela ne vient pas, ça n'a aucune importance, vous reprendrez le lendemain.

Je ne dis pas que ce rituel va changer radicalement votre vie. Ni qu'il permettra de tarir la ritournelle de l'auto-critique. Juste que, peut-être, vous vous endormirez parfois avec ce sentiment si chaleureux de vous aimer, vous et votre foutue humanité.

 

Lune

 

Alors tenté par le journal d'estime de soi ou pas du tout ?

 

 

1 Au Moyen-Age, les coureuses de remparts - les rempardières - étaient des femmes qui se prostituaient

2 Sachez toutefois que je pratique moi-même la méditation ET le journal de gratitudes. Je vous en reparlerai à l'occasion ;-)

05 janvier 2017

Écrire : les trois clefs de l'inspiration

 

Dans l'imaginaire populaire, on fantasme souvent l'écrivain, et encore plus le poète, comme un être brûlant, pâle et en chemise, attablé sur un étroit bureau d'une mansarde quelconque à attendre l'inspiration comme une sorte d'ange de la créativité. Certes, ces éléments offrent une chouette composition pour la peinture mais ce n'est qu'un fantasme.

L'inspiration, ça s'entretient ! Et pour cela, trois étapes me semblent indispensables !

themusekissesthesleepingpoetbord

 

Se libérer du mythe

 

Fantasme historique

Il faut dire que le dix-neuvième siècle et le mouvement romantique ont laissé des traces dans notre culture. Ah ! Lord Byron, enfant terrible de la littérature britannique... Ah ! Baudelaire et son génie noyé dans l'opium et abîmé par la syphilis... Ah ! Rimbaud, ce prodige à la beauté juvénile et aux amours tourmentées...

Bon, c'est bien gentil tout ça mais cette dimension tragique et lyrique n'a que peu de rapport avec ce que l'on découvre en se penchant sérieusement sur la question.

Vérités historiques et écrits

Il faut bien le dire l'inspiration ne naît pas du néant. La plupart des auteurs sont d'abord d’indécrottable curieux qui se nourrissent de tout ce qu'ils lisent, voient, entendent. Plus que cela ce sont des bosseurs. L'inspiration, on doit la poursuivre comme un forcené.

 

J

 

Et comme l'explique bien Stephen King dans Écriture, mémoire d'un métier, il faut savoir la convoquer. Mais comment s'y prendre ?

 

Être curieux de tout, tout le temps

 

Sur le monde littéraire d'abord

La première formation de l'écrivain...c'est la lecture. Alors lisez, lisez, lisez ! Non pas pour imiter ou plagier mais pour vous former. Et lisez de tout. Les bons livres vous donneront de l'ambition et la modestie -bref la motivation de travailler-, les mauvais vous montreront des contre-exemples riches de leçons.

mais pas seulement

Dans Votre journal de bord, Austin Kleon utilise l’expression « Kleptomane créatif » que je trouve d'une simplicité et d'une vérité incroyables. Cela signifie que vous devez souffrir de la boulimie de l'écrivain. Tout peut et doit nourrir votre créativité : cinéma, journaux, conversations de café, la nature,... Pour que votre curiosité naturelle nourrisse l'inspiration, rien de plus simple : gardez toujours un carnet/journal sur vous pour recueillir sur l'instant toute cette matière à votre portée.

 

 

S'ouvrir aux autres

 

Rompez la solitude

Si un auteur se retrouve seul durant la phase de l'écriture, se couper du monde peut être un frein à l'inspiration. Tel rencontre éphémère enrichira un personnage, telle conversation entendue dans un bar donnera une saveur unique à vos dialogues,... Vous voulez que vos écrits restitue quelque chose de la vie ? Alors vivez !

Le brainstorming

Ce dernier point doit être pris avec prudence car on ne peut le mettre en œuvre qu'avec quelqu'un qui soit à la fois bienveillant, neutre et de confiance. Si vous avez la chance d'avoir sous la main quelqu'un qui corresponde (et s'intéresse à votre travail) alors n'hésitez pas : discutez avec lui de vos écrits. Non pour demander conseil, simplement parce qu'un échange sur votre processus créatif permet souvent de trouver des idées, des solutions aux difficultés, d'entretenir l'élan.

 

Conclusion

 

 

 

Et vous, quels sont vos rapports avec l'inspiration ?

 

 

 

 

 

 

30 décembre 2016

Programme gratuit : « L'écriture en 28 jours... »

 

 

  Pour suivre le programme « Se (re)mettre à l'écriture créative en 28 jours », pour cela rien de plus simple :

 

  1. Si ce n'est déjà fait, inscrivez-vous à la newsletter de l'Écrhistoires

  2. Inscrivez-vous dans les commentaires ou par mail (emiliecognac@ecrhistoires.fr)

 

Machine

La première session de ce programme aura lieu du 03 au 30 avril. Chaque matin, vous recevrez directement dans votre boîte mail un énoncé simple d'écriture, à la portée de tous.

 

Au terme de ce programme :

 

  • vous vous serez progressivement habitué à écrire tous les jours, au moins sept minutes.

  • Vous aurez produit le premier jet d'une histoire. À vous par la suite de décider si vous avez envie de la développer.

 

Vous continuerez ensuite -si vous ne mettez pas fin à votre abonnement- à bénéficier du contenu exclusif de la newsletter.

 

Le programme prend très peu de temps : pas plus d'une minute la première semaine, trois minutes la deuxième, cinq minutes la troisième et sept minutes la dernière. Une manière simple, ludique et accessible de se (re)mettre à l'écriture. Vous écrivez déjà régulièrement ? Rien ne vous empêche de nous rejoindre pour vous amuser !

 

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poster en commentaires ou à me contacter directemen (emiliecognac@ecrhistoires.fr).

 

 

 

                   Prêt à faire ce petit pas en ma compagnie ?

 

Posté par Emilie Cognac à 21:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 février 2016

Qui je suis...

 

 

 

     Tout d'abord bienvenue et merci de prendre le temps de vous arrêter sur l’Écrhistoires, mon espace sur Internet... Laissez-moi me présenter convenablement !

 

Photomoi

 

     Je m'appelle Emilie Cognac et ma passion est de vous faire écrire.

 

Comment ça ?

 

    Depuis de longues années ma vie tourne autour des mots et j'ai acquis deux convictions profondes :

 

  • l'art de l'écriture demande des techniques qui peuvent s'apprendre

  • l'écriture peut être créatrice : de bien-être, d'harmonie, de mieux vivre.

 

     Dès lors, je n'ai plus eu qu'un rêve : aider les autres via l'écriture. Que ce soit en leur permettant d'explorer leur capacité à produire un texte ou en leur montrant comment ils pouvaient transformer leur vie par l'écriture.

 

Pourquoi cet espace ?

 

     En réalisant ce rêve, je me suis rendu compte que j'avais envie de partager quelques unes de mes découvertes. J'ouvre donc ce lieu dans l'espoir que l’Écrhistoires devienne un endroit chaleureux où vous pourrez trouver de l'inspiration, des trucs et astuces, des pistes de réflexion,... et tout cela autour de ce thème si cher à mon cœur : l'écriture. Avec bienveillance et bonne humeur.

 

Envie d'en savoir plus ?

    

     Si cet espace vous plaît, que vous avez envie d'en savoir plus sur moi ou d'accéder à du contenu exclusif, n'hésitez pas à vous abonner à ma newsletter (formulaire dans la colonne de droite)...

 

 

Posté par Emilie Cognac à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2016

Travailler avec moi

Travaillant sur le secteur d'Ambérieu-en-Bugey, dans l'Ain (région Auvergne-Rhône-Alpes), je propose des ateliers de groupe aussi bien que du suivi personnalisé.

Si vous résidez trop loin mais que vous désirez bénéficier de mes compétences, un suivi à distance peut être envisagé. N'hésitez pas à me contactez via cet espace ou directement par mail (ecrhistoires@gmail.com)

Posté par Emilie Cognac à 18:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]