04 janvier 2018

Dans ma boîte à outil : la montre et le ciel

 

Dans le roman sur lequel je travaille en ce moment, un aspect m'offre des migraines : la météo. Le chapitre qui m'occupe depuis quelques semaines se passe en Bretagne en octobre 2013. Cette petite difficulté -rapidement surmontée- m'a donné envie de vous parler de tous ces « détails » autour du temps. Bien entendu on peut décider que personne n'ira vérifier qu'il pleuvait effectivement ce jour-là ou que le 03 octobre était bien un mardi. Pourtant si vous êtes comme moi et appréciez la rigueur, ces questions auront leur importance...

 

L'agenda où la chronologie dans une narration



Même lorsque nos écrits prennent place dans un monde contemporain, on ne doit pas oublier une certaine exactitude. Vous écrivez de la science-fiction ou de la fantasy ? Afin de rendre votre univers/mythologie réaliste, vous avez tout intérêt à soigner les détails. L'ordre chronologique doit être irréprochable. Pour vous aider, vous pouvez construire une chronologie.

Plusieurs méthodes sont possibles : à la main, sous forme de liste ou de frise, à l'ordinateur. Internet offre quelques sites qui peuvent faciliter la vie.

Le site français Chrono-frise est bien conçu bien qu'assez austère. L'avantage est qu'il n'y a pas besoin de s'inscrire pour créer une frise.

 

Frise

 

Sur Preceden, l'interface est plus esthétique et -à mon sens- plus agréable mais il faudra vous créer un compte -fort heureusement celui-ci est gratuit-.

 

Chronologie

 

Qu'importe la méthode ou le support utilisé, je vous conseille de mettre votre chronologie par écrit afin de ne pas vous retrouver avec des incohérences...

 

La montre ou la question du calendrier



Si disposer d'une chronologie aide pour les projets longs, encore faut-il que les informations y figurant soient exactes ! Le petit détail qui tue ? Le jour de la semaine. Parce que soyons francs : qui sait quel jour correspond à une date ? Tenez, le 7 juillet 1945...

 

calendrier_1994

Heureusement il existe des sites qui offrent la possibilité de rentrer n'importe quelle date pour trouver le jour qui lui correspond. Personnellement, j'utilise le site Ephemeride mais il en existe beaucoup d'autres...

 

Ephemeride

 

Le ciel ou la question de la lune, du soleil et des nuages

 

Le montre et le calendrier ne sont pas les seuls outils indispensables à l'auteur soucieux des détails... Le ciel nous promet des variations. La météo tout d’abord... Le site de météo france nous donne l'opportunité de choisir un lieu et une date :

 

Météo

 

Une fois ces informations sélectionnées, une météo succincte s'affiche :

 

Temps passé

 

 

L'autre aspect du ciel concerne la lune et le soleil. Calendrier lunaire pour la première, heures de lever et de coucher pour le second.

Sur le site mentionné plus haut, Ephemeride, on trouve facilement un calendrier lunaire et solaire.

 

Si ces questions vous semblent secondaires, libre à vous de ne pas utiliser les outils proposés dans cet articles. Si, comme moi, vous prêtez attention à ces détails, j'espère que ces adresses vous seront utiles...



Et vous, attaché aux détail ou pas du tout ?

 


02 novembre 2017

Les émotions de vos personnages

 

Comme l'a justement écrit le britannique Anthony Burgess, auteur de A Clockwork Orange (1962) -adapté par Kubrick-, « Sans personnage, pas de roman ». Or, même avec des personnages bien construits, l'intérêt de ces derniers, au-delà de leur rôle dans l'intrigue, est de réagir. Un héros sans émotion ne serait qu'une marionnette de carton-pâte ! Mais de quelle manière montrer ces émotions ? Comment parvenir à une certaine authenticité ?

 

 

émotions-lego

 

La très chouette illustration de Jeff

 

Transmettre c'est d'abord connaître

 

Pour transmettre les émotions de ses personnages, encore faut-il les maîtriser. En général on parle de 6 émotions de base : la tristesse, la joie, la peur, la colère, le dégoût et la surprise. Les émotions secondaires, elles, sont innombrables (la honte, la nostalgie, l'amertume,...).

Compter sur sa seule expérience me semble compliqué et on peut très bien travailler en amont sur les émotions.

Tout d'abord les siennes, en tenant un journal et en gardant un carnet toujours sur soi -à force de vous le marteler, vous commencez à connaître la mélodie...-. Vous éprouvez de la colère ? Très bien ! Profitez-en pour écrire ce qui se passe en vous. Ne vous cantonnez pas seulement au marasme intérieur mais décrivez-en les manifestations physiques.

Ensuite celles des autres. Un écrivain, et un artiste quelque soit son domaine de prédilection, est un observateur. Il ne perd pas une occasion de nourrir sa connaissance de la nature humaine. Là encore, prenez des notes.

Toute la matière que vous rassemblerez au quotidien vous fournira une merveilleuse source d'inspiration pour votre travail.

 

 

Colere-agressivite-pulsions-Quelles-differences_width1024

 

À personnage unique, expression unique ?



Si vous avez pris le temps de travailler en amont, vous avez sans doute remarqué qu'il existe une multitude de manières d'exprimer une même émotion. Un tel aura la colère bruyante, tel autre introverti et glacial.

Afin d'exprimer ce que ressent un personnage, il faut savoir comment il vivra la joie, la tristesse, la colère,... Cela en restant cohérent avec sa psychologie.

Plus vous aurez caractérisé vos personnages, plus la manière dont ils exprimeront leurs émotions ira de soi.

 

fille-colere-trois-ans



Montrer plus que décrire...

 

Tout écrivant qui a lu des ouvrages théoriques a été confronté au précepte suivant « showing, not telling » c'est à dire "montrer, ne pas dire". Il semble que cette règle soit issue de la dramaturgie mais je sais que c'est un des principes de Stephen King, docteur ès suspens. Comment faire la différence entre dire et montrer ? Rien ne vaut un exemple :

La jeune femme sentit la peur lui vriller l'estomac et ferma son sac  : comment échapper à cet homme ?

La jeune femme jeta un coup d’œil en arrière avant de fermer son sac d'une main tremblante. Le souffle court, elle accéléra son pas : comment échapper à cet homme ?

Dans la seconde proposition, on évite d'employer le mot peur mais on tente de décrire les manifestations de cette dernière. Montrer permet au lecteur de ressentir plus d'empathie envers un personnage.

Lorsque vous voulez qu'un personnage montre une émotion particulière, vous pouvez aussi vous appuyer sur ses expressions faciales et sa gestuelle. Si la scène concernée comporte des dialogues, l'émotion pourra tout à fait influencer ces derniers : les inflexions de la voix, le débit, la ponctuation... Nul besoin de faire tout un paragraphe sur ce que ressent le personnage, quelques mots bien choisi auront parfois un plus impacte que de grandes descriptions.

 

1467991182

Le très bon animé Vice-versa

Comme toujours c'est en écrivant qu'on devient écrivain. N'hésitez pas à expérimenter, explorer, essayer. Personnellement, j'adore que mes personnages soient en proie à des émotions fortes... D'ailleurs ma préférence va vers la colère, si passionnante à décrire et si efficace pour faire avancer le récit...



Et vous, une émotion préférée quand il s'agit de vos personnages ?

 

Posté par Emilie Cognac à 08:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

19 octobre 2017

L'écriture, mauvaise pour la santé ?

 

Lorsque l'on évoque la santé dans nos activités, les images évoquées restent celles d'efforts physiques : ces emplois où l'on porte des charges lourdes, ces hobbies durant lesquels notre corps est malmené,... Quant à l'écriture, elle ne semble pas poser problème.

Au delà des conséquences à rester vissé sur une chaise plusieurs heures durant, il faut avoir conscience que pour écrire bien et longtemps une santé correcte est indispensable. Cette bonne condition demandera deux dimensions : une première, mentale, consiste à pouvoir se concentrer durablement et la seconde, physique, demande endurance et capacité à adopter une posture physiologique.

I. Une histoire de concentration

 

Sur l’Écrhistoires, nous avons abordé quelques astuces pour « entrer en écriture », c'est à dire trouver l'impulsion pour commencer à écrire. Cette étape, lorsque l'on prend le temps de se construire un rituel, ne pose pas réellement problème. C'est après que les vrais soucis se pointent...

Un psychologue anglais, Norman Mackworth, fut recruté pendant la seconde guerre mondiale par la RAF pour étudier l'efficacité des opérateurs radar. Il détermina, grâce au test connu sous le nom d'horloge de Mackworth, qu'après 30 min on perdait 10 à 15 % de nos capacités. Cette baisse de performance et de l'attention existe tout au long notre journée et se traduit par une courbe en forme de cloche : la loi de Yerkès-Dodson.

Bien entendu, l'écriture ne s'apparente pas vraiment à la tâche d'opérateurs radar et une baisse de concentration n'aura pas de conséquences vitales. Pourtant comprendre comment fonctionne l'attention nous montre ses présupposés.

Ainsi une quantité suffisante de sommeil, une alimentation équilibrée et une consommation mesurée d'excitants favoriseront vos capacités de concentration. De plus, si on part de ces 30 min d'attention optimale, se ménager des pauses régulières d'un quart d'heure vous permettra de maintenir la qualité de votre travail.

Rappelons aussi que la méditation est un outil intéressant pour développer son attention.

 

1zggh6o

 

II. L'écriture : une activité physique ?

 

L'écriture est-elle une activité physique ? Pas la peine d'entretenir le suspens : oui le corps participe à l'écriture. Ceux qui travaillent dans un bureau ne pourront pas me contredire : rester assis des heures devant un ordinateur n'est pas une chose simple. Non seulement on peut avoir mal au dos et les yeux qui fatiguent mais on peut développer à terme des pathologies chroniques.

Comme pour la concentration, votre condition physique se travaille en amont. Nul besoin pour cela d'avoir une santé parfaite ou de pratiquer le sport à outrance. Il suffit d'inclure quelques éléments simples -et à la portée de tous- dans votre hygiène de vie. Tout d'abord un dos musclé est un dos en bonne santé. Au-delà de cela, une bonne posture fera une vraie différence. Le yoga ou le pilate me semblent de bonnes pistes pour favoriser ces muscles et une posture saine. Personnellement je pratique le yoga et bien que j'ai beaucoup -vraiment beaucoup- de progrès à faire, cette activité m'aide vraiment.

 

Ces-postures-de-yoga-vont-soulager-votre-dos-et-vos-hanches-en-seulement-4-minutes

Une activité corporelle régulière ne suffira sans doute pas. Votre environnement joue aussi un rôle primordial. Un siège de bonne qualité, une bonne position des mains sur le clavier,... Il est important de réfléchir sur la manière dont on travaille.

Nous venons de voir que pour rester efficace, il faut une bonne hygiène de vie. Mais comment mettre ces conclusions en pratique ?

 

III. Avant, pendant et après les longues séances de travail

 

Si vous prévoyez décrire de longues heures (plus de deux), je vous conseille de mettre toutes les chances de votre côté pour que cette séance se passe bien.

Prenez le temps de vous mettre en conditions avant de travailler. Prendre un quart d'heure pour faire quelques étirements ou des postures de yoga vous permettra de mieux gérer la séance physiquement. Pour la concentration, vous pouvez tout-à-fait enchaîner sur une courte méditation - au moins quelques minutes-. Ensuite installez-vous comme il faut et prévoyez de quoi vous hydrater.

Pendant la séance elle-même, essayez de prendre conscience de votre posture : le dos, la position des mains sur le clavier ou la manière dont vous tenez votre stylo. Si vous portez des lunettes, par pitié, mettez-les !

Ménagez-vous des pauses régulières. De mon côté, je prends une pause de dix minutes tous les trois-quart d'heure. Ses pauses ne consistent pas à rester vissé sur votre chaise et à errer sur les réseaux sociaux. C'est votre corps que vous devez reposer. Pour cela, n'hésitez pas à vous dégourdir les jambes ou même à faire de nouveau quelques étirements pour soulager votre dos. Mais le plus important reste, à mon sens, de ne pas continuer à utiliser d'écran. Si, comme moi, vous souffrez de problèmes de circulation, rester debout le temps de cette pause vous limitera les sensations de jambes lourdes et les œdèmes.

Vous êtes allés au bout de votre séance ? Bravo ! Prenez maintenant un moment pour vous étirer. Vous pouvez aussi masser vos poignets, très sollicités quand on écrit. Si possible, prévoyez une activité qui ne nécessita pas d'être assis. Une ballade, un peu de ménage,... peu importe, vous dégourdir ne pourra qu'être bénéfique !

N'oubliez pas que tout est question d'entraînement. Si vous « débutez », ne commencez pas par vouloir écrire trois heures de suite. Augmentez progressivement la longueur de vos séances.

Enfin, si des douleurs surviennent, n'hésitez pas à abréger. Mieux vaut cesser d'écrire pour le moment plutôt que de se faire mal et d'être dans l'incapacité de travailler pendant plusieurs jours. De plus si vous souffrez de migraines ou de votre dos plusieurs jours de suite, n'hésitez pas à consulter.

Bref, prenez soin de vous ! 

 

Et vous, souffrez-vous de rester en posture assise ?

 

Posté par Emilie Cognac à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

15 juillet 2017

Consigne d'écriture n°9 - épiphore

La consigne

Écrire un texte -sujet et forme libre- utilisant l'épiphore - figure de style consistant en la répétition, à la fin de deux ou de plusieurs groupes de phrases ou de vers qui se succèdent, d'un même mot ou d'un même groupe de mots -.

 

Mon texte

 

Les épreuves en intérim

La vie palpite toujours

La joie succède aux abîmes

Et la nuit succède au jour

Dans les victoires ou les deuils

La leçon n'est pas facile

La fatigue au coin de l’œil

La sagesse au bord des cils

 

Sans artifice

De son aiguille

Le temps nous tisse

À bout de fil

Vois ce qui brille

Comme une envie

Jamais facile

Reste la vie

La vie fragile

Comme une envie

Reste la vie

Au bord des cils

 

larmes-oeil-e1450365579428

 

Envie de suivre la prochaine consigne ?

Pour cela, rien de plus simple, il suffit de s'inscrire à la newsletter...

 

01 juillet 2017

En hommage à Simone Veil : le sang des femmes

Qui a entendu le cri

Silencieux de Maria

Quand le médecin lui a dit :

Ton nouveau-né mourra ?

Condamnée à la grossesse

Pour ne donner que la mort

Par une loi sans souplesse

Sans pitié, sans remord.

 

Faut-il se résigner

À perdre un peu nos âmes

Quand sur le monde entier

Il pleut le sang des femmes ?

Ô Chili, rien ne console

L'espoir qu'on assassine.

Ses larmes souillent ton sol

Ma belle terre latine.

 

Qui soigne la joue meurtrie

De la discrète Florence

Violentée par son mari

Dans un foyer de silence ?

À genoux et tremblante

Elle nettoie son propre sang

Quand les langues avoisinantes

Ne se délient pas un instant

 

Faut-il se résigner

À perdre un peu nos âmes

Quand sur le monde entier

Il pleut le sang des femmes ?

Ô France rien ne console

Qu'ainsi on reste myope

Au sang qui souille ton sol

Ma belle terre d'Europe

 

Qui a vu la terreur

Dans les yeux de Ramatou

Quand la vague de douleur

S'est propagée partout ?

Et l'utérus en charpie

Mourir à vingt printemps

Car dans son pays

On meurt d’avortement.

 

 

Faut-il se résigner

À perdre un peu nos âmes

Quand sur le monde entier

Il pleut le sang des femmes ?

Ô Niger, rien ne console

Cette mort sans logique

Son sang souille ton sol

Ma belle terre d'Afrique

 

Qui a compris la rage

D'Arefa que l'on hisse

Sur une table du village

Pour lui écarter les cuisses ?

Sa mère l'encourage

Lorsque la lame entame

D'un geste en héritage

Son intégrité de femme.

 

Faut-il se résigner

À perdre un peu nos âmes

Quand sur le monde entier

Il pleut le sang des femmes ?

Car vraiment rien ne console

Cette barbarie ancienne

Son sang souille ton sol

Ma belle terre indienne

 

Qui pense encore à Sara

Enceinte de son violeur

Morte de son embarras

Pendue à un arbre en fleur ?

Une guerre sans conscience

Où le viol est une arme

A noué dans le silence

Une corde tissée de larmes.

 

Faut-il se résigner

À perdre un peu nos âmes

Quand sur le monde entier

Il pleut le sang des femmes ?

Ô Syrie, rien ne console

Ce suicide terrifiant.

Son sang souille ton sol

Ma belle terre d'orient.

 

Faut-il se résigner

À perdre un peu nos âmes

Quand sur le monde entier

Il pleut le sang des femmes ?

De la banquise aux Antilles

Rien ne console la Terre

Quand le sang de nos filles

Forment des rivières

XVM9c43bc06-5d80-11e7-9597-7bc7fc02e415

 

Tous droits réservés - Émilie Cognac - http://www.ecrhistoires.fr/

Posté par Emilie Cognac à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


Consigne d'écriture n°8 - « Lettre d'amour»


La consigne

Une lettre d'amour.

 

lettre

 

Mon texte

 

Ma Laura,

 

Ta bouche s'est-elle pincée à cause de ce possessif ?

Je suppose que ce que la simple amitié me permettait hier, mon amour me l'interdit aujourd'hui. Des mois à te prendre la main, à rire, à partager nos goûts et nos secrets... Il aura suffit d'un instant de franchise pour que ta paume se dérobe, que nos conversations s'enlisent et que ton regard se détourne. Comme si mes sentiments te salissaient.

Tu ne t'en doutais donc pas ? Dis-moi, Laura, où se niche ton rejet. Est-ce parce que j'aime les femmes ou parce que c'est toi que j'aime, parmi toutes les autres ?

Tu m'accuses de t'avoir dupée. Tu déclares ne plus rien vouloir de moi, que tout a changé. Mais je reste ta petite Beth. Ouvre les yeux, ma chérie, ce désir qui te dégoûte, je l'ai éprouvé tout de suite. Rien n'a changé, si ce n'est que tu le sais.

Ces caresses que nous avons partagées, que tu renies, tu les pensais vraiment pures ? Comme lavée par l'amitié ?

Tes soupirs, tes rougeurs, ton plaisir, je ne les ai pas rêvés. Notre relation n'est pas moins belle parce que je lui ai donné son véritable nom. Contrairement à ce que tu sembles croire, je ne veux rien de toi sans ton consentement. Tu peux te mentir en décidant que tu n'as pas envie de moi. Pourtant j'accepterais mieux que tu me repousses si tu regardais ton désir en face. Si tu me disais : «Je te désire ? La belle affaire ! Je ne veux pas de toi. »

Cette lettre existe à cause de ton aveuglement. Lis-la, mens-moi encore mais prends un instant pour affronter ce que tu ressens.

Nous en avons parlé bien souvent : tes fiançailles te rendent malheureuse, ton avenir te terrifie. Combien de fois ai-je consolé tes larmes ? Tu as peur de rompre cet engagement, soit. Tu veux fuir mon désir et le tien, soit.

Ferme les yeux bien fort et épouse-le. Qui suis-je pour t'en empêcher ? Je m'effacerai, je ne viendrai même pas à tes noces. Tu n'auras rien à craindre de moi. Mais te vois-tu dans quinze ans ? Dans vingt ans ?

Je te vois, moi. Tu es là, Laura, devant moi. Presque réelle. Toujours belle.

L'épouse si convenable du bon docteur. La silhouette plus douce et quelques mèches blanches dans ton chignon. Mère de deux grands enfants. Trois peut-être. Tout le monde qui t'approuve, t'envie et te salue à la messe. L'image te plaît ? Aie le courage de t'approcher ! Vois le pli amer de ta bouche. Vois la résignation qui a remplacé le feu de tes yeux. Viens derrière le décor de ton existence... Tes journées à tenir la maison, les heures à prendre le thé avec ces bourgeoises qui t'ennuient, les soirées à attendre ton mari retenu auprès d'un malade.

As-tu encore des fous rires ? Joues-tu toujours au piano avec passion ? Es-tu cette Laura sensible et flamboyante dont je suis éperdument amoureuse ? Perdue dans la routine, tu continues à sourire. Et longtemps tes enfants t'auront offert le bonheur au service minimum. Mais voilà, ils ont grandi. Ils font des études, ils font leur vie. Et la ronde des convenances sociales continuent sans fin.

Ton mari est resté égal à lui-même, il t'aime avec constance et pragmatisme. D’ailleurs, il exerce ses droits conjugaux avec une régularité honorable. Tu le vois ? Le samedi soir, ça ne manque jamais, il ne t'épargne pas le poids de son corps sur le tien, ses caresses un peu lasses, son souffle sur ta peau qui reste froide. Une fois son affaire terminée, il s'endort, content de lui et de toi. Tu entends ses ronflements ? Allongée dans le noir, est-ce que tu penseras à moi ? À notre ardeur ? À nos plaisirs ? À mon amour ?

Trouve la force de renoncer à nous, la force de me rejeter une dernière fois. Je ne protesterai pas. Plus de lettre. Plus de visite. Plus rien. Mais regarde-toi dans vingt ans Laura. Là, dans le lit glacial des convenances, ton cœur vide, son odeur encore sur toi, c'est en pleurant que tu t'endors.

 

Alors viens avec moi Laura. Console dès à présent celle que tu risques de devenir. Séchons ensemble les larmes de cet avenir.

 

Ton Elizabeth.

Envie de suivre la prochaine consigne ?

Pour cela, rien de plus simple, inscrivez-vous à la newsletter...

 

 

 

08 juin 2017

Psychologie des personnages – Manuel pratique – Howard M. Gluss, PH.D. & Scott Edward Smith

 

 

 

Genre : Essai

Date de publication : 2006

Maison d'édition : Dixit

Prix : 19 euros

 

2844811000



Résumé : Ce manuel est un outil formidable, une source très documentée qui s'appuie à la fois sur le travail d'un praticien de la psychologie et sur de nombreux exemples de personnages de films dans lesquels on trouve des personnalités : antisociales, paranoïaques, narcissiques, borderlines, obsessionnelles, masochistes...

 

Mon Avis

 

Depuis plusieurs année, je suis une fervente lectrice de Scenario-buzz, le site de l'auteur et scénariste Nathalie Lenoir. D'ailleurs, ami lecteur, je ne peux que te conseiller vivement de lire ses articles. Je n'écris pas de scénario, un domaine qui m'est étranger. C'est par elle que j'ai pu découvrir le manuel qui nous occupe aujourd'hui.

Quel formidable outil que cet ouvrage ! Et pas seulement pour le scénariste ou même l'auteur de fiction. Les passionnésde cinéma trouveront des choses passionnantes à se mettre sous la dent.

Les auteurs -un psy et un scénariste- partent des troubles de la personnalité pour nous parler de psychologie humaine. Chaque profil est abondamment expliqué en prenant appui sur des personnages de films. Suit un récapitulatif, les principales caractéristiques de la personnalité en question etles clichés attachés à cette dernière. Enfin, on peut trouver toute une liste de filmspour illustrerle profil expliqué avant.

Aborder le cinéma par le biais de la psychologie est fascinant... Pour ce qui est de l'écrivant, c'est un manuel de référence d'un grand secours qui aide à donner de la richesse à ses personnages.

 

Et vous, utilisez-vous la psychologie dans des domaines artistiques ?

 

Posté par Emilie Cognac à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

18 mai 2017

Lettre à ma fille

 Ma fille,

 

Déjà onze ans que je célèbre tes premières fois.

 

Premier sourire que je souhaite suivi de beaucoup d'autres. Pour que la joie inonde ton quotidien.

Premiers pas vers un avenir que j'espère riche d'expériences. Pour que tu connaisses le goût de la vie dans toutes ses nuances.

Premiers mots que je désire forts. Pour que ta voix résonne quand il le faudra.

Premiers pourquoi auxquels je réponds toujours. Pour que ta curiosité porte tes convictions.

Premier jour d'école, premier trajet seule, premiers chagrins, premières consolations...

 

Déjà onze ans que je célèbre tes découvertes.

 

Hier soir, encore, tu es rentrée avec une première fois.

 

Première main sous ta jupe. Première main d'un garçon qui s'égare sans ta permission. Ta colère, tes questions, tes doutes.

 

Et je vois les années qui déboulent...

À pleurer tes premières fois.

 

Première fois à être sifflée dans la rue, toi qui ne te retournes pas, et un « Salope ! » qui résonne fort dans ta jeunesse.

Première fois à entendre que, quand même, elle l'avait bien cherché, cette fille à la une des journaux, bafouée dans son corps et sur la page.

Première fois à rester crispée dans les transports, en sentant une érection se frotter contre toi, qui hésites entre le scandale et les larmes.

Première fois à marcher en contemplant tes pieds, juste au cas où un connard se croirait tout permis parce que tu aurais croisé son regard.

Première fois où tu rangeras une tenue au fond d'un placard, avec un soupir de regret, parce que trop moulante, trop courte, trop femme pour ce monde où c'est aux victimes qu'on demande des comptes.

Première fois à laisser une remarque sexiste passer. Pas parce que tu es d'accord, ni par lâcheté, juste par lassitude. Parce qu'il faut choisir ses combats.

Première fois à sentir la main insistante de cet homme, un que tu désires, auquel tu faisais même confiance, que tu aimes peut-être, qui appuie sur ta tête. Comme si la fellation était son droit. Comme si ton refus ne suffisait pas.

Première fois à dire un non qui sera ignoré. Puis à devoir te justifier. Parce que dans ce monde là, certains pensent qu'il y a de bonnes et de mauvaises victimes.

 

Hier soir, tu es rentrée avec une première fois.

Juste une main aussi petite que la tienne qui a fouillé sous ta jupe. J'ai senti ton regard posé sur moi : pourquoi maman ?

Je n'ai pas de réponse. Pardon.

 

Hier soir, tu es rentrée avec cette première fois.

Une de celles que je ne célébrerais pas.

Et pour la première fois depuis que je suis ta maman, me rappeler qu'aujourd'hui c'est aussi cela être femme.

 

buee-miroir

 

Tous droits réservés - Émilie Cognac - http://www.ecrhistoires.fr/

Posté par Emilie Cognac à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 mai 2017

Consigne d'écriture n°4 - « Lettre d'un objet »

[Maj' du 10 mai] Suite à des soucis techniques je n'avais pas reçu la contribution d'Eerylin, je rajoute donc sa contribution : merci à elle. Si tu es dans le même cas, n'hésite pas à m'envoyer ton texte ( ecrhistoires@gmail.com ) que je rajouterais dans les plus brefs délais...

La consigne

 

Donner une voix à un objet... Celui-ci écrira une lettre à son propriétaire.

 

Ma contribution

 

Cher petit humain,

 

 

 

Dans la pénombre, à la lueur de la lune à demi pleine, je me résous enfin à prendre le stylo pour t'écrire. Cinq années. Il m'aura fallu cinq années, soixante mois, une multitude de jours -et de nuits- avant d'en arriver à cette extrémité.

 

Plus jeune, en compagnie de mes semblables, dans le rayon propre du magasin, j'imaginais mon avenir. Lorsque, enfin, un client sensible à mon charme moelleux m'aurait arraché au temple mercantile de mon innocence. Pour t'avouer la vérité, je m'impatientais. Déclarant à mes camarades pastels : « Vivement qu'on m'achète, je n'en peux plus ! ». Des rêves peuplés de nourrissons à l'odeur de coton frais berçaient mon sommeil. Je me voyais déjà : cible d'un amour inconditionnel, objet transitionnel ultime, trésor d'enfance et de tendresse.

 

Après une interminable attente, un homme -cheveux clairsemé, barbe fournie et sourire ému- m'a libéré. J'ai rejoint un berceau. Ton berceau. La première année, ce fut sublime. Chacune de tes siestes me surprenait à me blottir contre ta peau satinée, fasciné par les changements rapides qui s'opérait sur tes traits. De fripés, ils se remplirent d'amour pour devenir des courbes d'une rondeur franche. Je ne nierai pas les obstacles que nous avons franchi ensemble : l'odeur de lait caillé, la bave gluante de tes poussées dentaires, l'arc-en-ciel de purées pestilentielles. Mais un seul de tes rires, un seul de tes câlins, un seul de tes regards clairs et j'oubliais ces quelques désagréments.

 

Même lorsque tu as grandi, mon courage n'a eu d'égal que notre adoration mutuelle. Parfois tu me maltraitais un peu, toutefois, tu finissais toujours par me serrer dans tes bras de plus en plus forts. Je t'aimais tant que la deuxième année m'a semblé aussi paradisiaque que la première. Tes petites brutalités passaient encore pour des maladresses. Et puis tes parents semblaient plein de confiance : « Il est en pleine crise des deux ans ! Ça lui passera ! ». Aveuglément, je les ai cru.

 

Au fil des mois, hélas, les maltraitances ont véritablement commencé. Une frustration ? Tu me jetais contre un mur ! Un jouet qu'on te refusait ? Tes petits poings serrés martelaient mon tissu. Bien sûr, après chacun de tes éclats, tu t'empressais de me couvrir de prévenance et me suppliais de te pardonner. Parfois tu parvenais à me faire croire que c'était ma faute. Si tu t'emportais, c'est parce que je n'étais pas à la hauteur ! Les bourreaux sont tous les mêmes : à nous traiter comme des Dieux pour nous rendre dépendants avant de nous dévaloriser insidieusement, jusqu'à ce qu'on disparaisse au fil des coups.

 

Cette situation, où de doudou je suis devenu chiffon, aurait pu durer jusqu'à ta majorité. Mais est venu le Grand Chamboulement : instants d'angoisse où tu m'emmenais dans un grand bâtiment froid pour me jeter au fond d'une boîte. Comme un rebut. J'ai vécu dans la peur, mon cœur martelant ma terreur au rythme de chants guerrier interprétés par d’innombrables petits humains :

 

La bergère en colère,

 

Et ron, et ron, petit patapon,

 

La bergère en colère,

 

Tua son p'tit chaton, ron ron,

 

Tua son p'tit chaton.

 

Bien heureusement, je bénéficiais du soutien des autres laissés-pour-compte. Là, à force de confidences, nous avons découvert que nos sorts étaient semblables. Tous esclaves de la Tyrannie ! Malgré cela, j'ai continué à t'aimer. Implorant le ciel que tu redeviennes l'ange que tu fus autrefois.

 

Pourtant ce matin, la coupe a débordé ! Quand ta mère t'a questionné : « Tu ne prends pas Doudou ? », tu n'as même pas eu la bienséance de chuchoter ta réponse, « J'suis un grand maintenant » ! Tu es parti en riant, me laissant abandonné sous ton lit.

 

Je ne nie pas mes sentiments, cinq ans d'amour ne disparaissent pas du jour au lendemain... Je n'en peux plus alors je pars. Plutôt l'errance et la rue, plutôt le vide-grenier ou la déchetterie, que cette lente descente aux enfers à te regarder me dés-aimer un peu plus tous les jours.

 

Adieu

 

Ton Doudou qui t'aura tant aimé...

 

Contribution d'Eerylin

 

Chère toi,

 

 

 

Si je t’écris aujourd’hui c’est que la situation a assez duré.Je t’ai entendue tu sais, me traiter d’antiquité du moyen-âge. J’ai peut-être un peu d’ancienneté mais je ne suis pas sourde, ni d’ailleurs la seule à avoir des années au compteur. Où sont tes bonnes résolutions de fin d’année, celles qui faisaient frissonner mon levier de vitesses ?  Tu m’avais promis des escapades comme au bon vieux temps, juste toi et moi. Mais tu es comme mon pneu arrière, tu te dégonfles sans arrêt. Tu ripailles, tu fais bombance et finalement tu t’affales sur ton canapé en m’oubliant. Arrête donc de patiner dans la semoule, de t’occuper de tout et surtout de rien, lâche ton écran d’ordinateur. Tu sais, prendre l’air c’est revenir à l’essentiel alors ne te braque pas et partons au hasard, retrouvons le goût du pédalage, des moucherons et de l’effort. Profitons à nouveau de l’instant et comme dit le grand philosophe Forest Gump qui en connaît un rayon, la vie et le pédalage quotidien, c’est comme une boîte de chocolat, tu ne sais jamais vers quel chemin cela te mènera. Ce que je peux te garantir en revanche, c’est que ce sera une aventure à te couper le souffle. Que penses-tu d’aller chercher du pain pour commencer ??

 

 

 

Signé,

 

ta pauvre bicyclette...

 

 

Envie de suivre la prochaine consigne ?

 

Pour cela, rien de plus simple, inscrivez-vous à la newsletter...

 

 

27 avril 2017

Du bon usage du dictionnaire des synonymes



Ce mois-ci dans ma boîte à outils : le dictionnaire des synonymes

En février - deux mois déjà !-, je vous présentais ici les dictionnaires que je consulte au quotidien, aussi bien en ligne que sur papier. Pour les premiers j'évoquais un site que je fréquente régulièrement, ce dictionnaire des synonymes, dont l'interface très simple permet une utilisation rapide et agréable. Je précisais aussi qu'il faudrait « à l'occasion que je revienne sur l'utilisation particulière du dictionnaire des synonymes. Refuser de le consulter ou en abuser peut jouer contre vous. » Chose promise blablablabla... Me voilà donc prête aujourd'hui à aborder ce point particulier. L'objectif de cet article est limpide : poser quelques principes simples pour que cet outil ne se retourne pas contre vous !

Pour rendre cet article plus parlant, j'ai décidé de partir d'un texte qui nous servira d'exemple. N'écoutant que mon courage -comment ça, j'en fais un peu trop?-, j'ai choisi un de mes écrits et l'ai retravaillé dans le mauvais sens que nous puissions nous livrer à quelques expérimentation...

 

Synonymes

 

Un allié pour éviter les répétitions

Voici donc notre exemple, dans lequel les termes qui se répètent figurent en gras. Le dictionnaire des synonymes ne réglera pas tout mais nous donnera un coup de main appréciable dans la quête du mot juste.

« Indifférent à la réputation désastreuse du quartier, l'enfant courait sur les pavés irréguliers d'Adragar. Quiconque à Gramzla désirait poser un orteil sur les limites de la loi, connaissait ce quartier. Prêteurs sur gage, receleurs, voleurs virtuoses : du moment qu'on déliait les cordons de sa bourse, tout pouvait s'acheter ici. L'enfant galopait, sans se préoccuper des alentours lorsqu'il freina brusquement, manquant s'étaler. Ça devait se trouver par là... Reprenant son souffle, il hésita à demander sa route. Il ne savait pas lire et répugnait à l'avouer. Ce problème serait bientôt réglé : avec l'argent cousu dans son revers de son pantalon, il pourrait prendre quelques cours chez maître Falamedes. C'était payer une fortune pour peu d'instruction mais l'autre possibilité, se vendre comme esclave quelques années, lui répugnait. De plus, avec son œil en moins et la cicatrice affreuse qui lui barrait le visage, qui l'aurait acheté ? Penser à ça lui provoquait toujours des démangeaisons et il souleva son bandeau noir pour se gratter l’œil discrètement. Quand sa pute de mère s'était rendue compte qu'ellel'avait défiguré, ça avait été la rue : il ne valait plus grand chose. Sans les Frères de la Lumière, sa blessure aurait mal tourné. Penser à l'assassin rappela à Kiren pourquoi il se dépêchait et il jeta un regard méfiant aux alentours... Plusieurs tavernes bordaient le trottoir. Cela faisait trop longtemps qu'il restait immobile, on le repérerait bientôt. Avec sa malchance, il tomberait sur un voleur qui le dévaliserait. Ou pire, il tomberait sur un rabatteur et il se retrouverait à vendre son cul... L'enfant poussa un soupir de soulagement en voyant l'animal sur la devanture de droite. D'un pas faussement assuré, il entra Au Dauphin fatigué et retint une quinte de toux : les odeurs mêlées de galena1, d'alcool et de transpiration rance lui donnèrent la nausée. »

Le même extrait après correction, mes commentaires sont en rouge :

«  Indifférent à la réputation désastreuse du quartier, l'enfant courait sur les pavés irréguliers d'Adragar. Quiconque à Gramzla désirait poser un orteil sur les limites de la loi, connaissait cette partie de la capitale[Ici, j'ai préféré utiliser une périphrase]. Prêteurs sur gage, receleurs, voleurs virtuoses : du moment qu'on déliait les cordons de sa bourse, tout pouvait s'acheter ici. Le garçon [Pas eu besoin du dictionnaire] galopait, sans se préoccuper des alentours lorsqu'il freina brusquement, manquant s'étaler. Ça devait se trouver par là... Reprenant son souffle, il hésita à demander sa route. Il ne savait pas lire et répugnait à l'avouer. Ce problème serait bientôt réglé : avec l'argent cousu dans son revers de son pantalon, il pourrait prendre quelques cours chez maître Falamedes. C'était payer une fortune pour peu d'instruction mais l'autre possibilité, se placer [Pas eu besoin du dictionnaire] comme esclave quelques années, lui répugnait. De plus, avec son œil en moins et la cicatrice affreuse qui lui barrait le visage, qui l'aurait acheté ? Penser à ça lui provoquait toujours des démangeaisons et il souleva son bandeau noir pour se gratter [Quand c'est possible, je supprime simplement la répétition] discrètement. Quand sa pute de mère s'était rendue compte qu'ellel'avait défiguré, ça avait été la rue : il ne valait plus grand chose. Sans les Frères de la Lumière, financés par Creed, sa blessure aurait mal tourné. Évoquer [Une demi-douzaine de synonymes me sont venus à l'esprit mais aucun qui ne me convenait. Après consultation du dictionnaire, je me suis demandé comment « évoquer » avait pu m'échapper, -le chenapan !-] à l'assassin rappela à Kiren pourquoi il se dépêchait et il jeta un regard méfiant aux alentours... Plusieurs tavernes bordaient le trottoir. Cela faisait trop longtemps qu'il restait immobile, on le repérerait bientôt. Avec sa malchance,, il tomberait sur un tire-laine [en lisant la liste des synonymes, j'ai pensé à cette expression. Parfois, le dictionnaire nous donne l'inspiration et on trouve une possibilité qui ne figure pas parmi les occurrences proposées mais qui correspond mieux à l'univers de notre scène] qui le dévaliserait, ou pire, [supprimé !] un rabatteur : il se retrouverait à vendre son cul... L'adolescent [Le dictionnaire des synonymes donnait adolescent et le terme correspondant à l'âge du personnage, je l'ai gardé] poussa un soupir de soulagement en voyant l'animal sur la devanture de droite. D'un pas faussement assuré, il entra Au Dauphin fatigué et retint une quinte de toux : les odeurs mêlées de galena, d'alcool et de transpiration rance lui donnèrent la nausée. »

Sur huit termes remplacés / supprimés, je n'aurais finalement utilisé le dictionnaire que trois fois.

 

Capture

De son usage abusif : attention au piège !



Comme tout outil de travail, le dictionnaire des synonymes devrait se manier avec prudence... C'est toujours la même histoire, il s'agit d'en user avec sagesse ! Les différences entre deux termes sont parfois moins subtils que l'on pense, il vaut mieux une répétition qu'une approximation ou, pire, un contresens. -Je me souviendrai toujours avoir lu dans un texte imprimé, et à plusieurs reprise, le terme peloté ou lieu de pelotonné. Et une héroïne qui se pelote SEUL sur le canapé n'a pas vraiment le même impact sur le lecteur!-.

Autre piège, qui guette en général les très jeunes écrivants : le complexe du vocabulaire. Il s'agit d'auteurs qui rougissent de la supposée pauvreté de leur lexique et abusent du dictionnaire des synonymes sans vérifier les définitions ! On se retrouve alors avec des textes improbables. Amusons-nous à caricaturer ce travers... Appliqué à notre exemple, cela donnerait :

« Indifférent à la réputation désastreuse du quartier, l'enfant courait sur les pavés irréguliers d'Adragar. Quiconque à Gramzla désirait poser un orteil sur les limites de la loi, connaissait l’arrondissement. Prêteurs sur gage, receleurs, fripons virtuoses : du moment qu'on déliait les cordons de sa bourse, tout pouvait s'acheter ici. Le chérubin galopait, sans se préoccuper des alentours lorsqu'il freina brusquement, manquant s'étaler. Ça devait se trouver par là... Reprenant son souffle, il hésita à demander sa route. Il ne savait pas lire et répugnait à l'avouer. Ce problème serait bientôt réglé : avec l'argent cousu dans son revers de son pantalon, il pourrait prendre quelques cours chez maître Falamedes. C'était payer une fortune pour peu d'instruction mais l'autre possibilité, se bazarder comme esclave quelques années, lui répugnait. De plus, avec son globe oculaire en moins et la cicatrice affreuse qui lui barrait le visage, qui l'aurait acheté ? Gamberger à ça lui provoquait toujours des démangeaisons et il souleva son bandeau noir pour se gratter l’œil discrètement. Quand sa pute de mère s'était rendue compte qu'ellel'avait défiguré, ça avait été la rue : il ne valait plus grand chose. Sans les Frères de la Lumière, sa blessure aurait mal tourné. Penser à l'assassin rappela à Kiren pourquoi il se dépêchait et il jeta un regard méfiant aux alentours... Plusieurs tavernes bordaient le trottoir. Cela faisait trop longtemps qu'il restait immobile, on le repérerait bientôt. Avec sa malchance, il s'acoquinerait avec un voleur qui le dévaliserait. Ou pire, il tomberait sur un rabatteur et il se retrouverait à vendre son cul... Le marmot poussa un soupir de soulagement en voyant l'animal sur la devanture de droite. D'un pas faussement assuré, il entra Au Dauphin fatigué et retint une quinte de toux : les odeurs mêlées de galena, d'alcool et de transpiration rance lui donnèrent la nausée. »

 

Dans le cas où vous auriez l'envie ou le besoin d'enrichir votre vocabulaire, on ne peut pas aller plus vite que la musique. Lisez, écouter des émissions intelligentes, côtoyez des gens de toutes les couches sociales et de tous les horizons, bref jouez les éponges et soyez patients. Surtout n'oubliez pas que ce sont VOS mots qui comptent : par pitié, ne déguisez pas votre plume !



Et vous, le dictionnaire des synonymes, un allié indispensable ou un ramasse poussière dans votre bibliothèque ?

1Herbe à pipe aux propriétés légèrement hallucinogène