16 novembre 2017

Débuter un Bullet Journal

 

Au moment de la rentrée, j'avais publié un article sur l'organisation. Toute une partie était consacrée au Bullet Journal sans pourtant en donner le mode d'emploi.

Pour beaucoup, Ryder Carroll a réinventé la roue mais nul besoin d'idée révolutionnaire, le principe se révèle bien pensé ! Depuis que le designer américain a partagé le Bullet Journal, il connaît un succès impressionnant. Il suffit d'un tour sur Pinterest pour s'en rendre compte. En quoi consiste le Bullet Journal ? Il s'agit, dans un carnet, de regrouper agenda, to-do list, journal, notes,...

Or comme je l'expliquais en septembre, ce système est devenu un moyen d'expression créative. Et c'est très bien ! Sauf que la profusion de pages joliment illustrées peut effaroucher quiconque veut s'essayer au Bullet.

Si vous avez envie de tenter le coup, je ne saurais trop vous conseiller de faire au plus simple. Puis, au bout de quelques semaines -ou mois-, éventuellement de décorer un peu vos pages. La règle est de ne jamais empiéter sur la raison d'être véritable du BuJo : mieux gérer son temps pour en gagner.

 

Rydercarroll

Twitter: @rydercarroll

 

Pour commencer...le matériel

 

Sans doute, quelque part chez vous, traîne un petit carnet ou un simple cahier d'écolier. Pas la peine d'investir ! Si dans trois ou six mois la méthode vous convient encore, il sera toujours temps de vous faire plaisir avec un support plus luxueux.

Vous avez un cahier ? Très bien ! Prenez un stylo et une règle.

Et bien vous avez tout ce qu'il vous faut !

 

Matériel

Un matériel minimaliste



La notice de votre Bullet : les clefs

 

Pour mieux visualiser tâches et rendez-vous, on va utiliser différentes « puces ». Sur l'illustration ne figurent que quelques possibilités, à vous d'enrichir la page de vos propres « clefs ».

 

Clefs

 

Le GPS du Bullet : l'index

 

Après la page « clefs », intervient l'index. Une à quatre pages selon l'épaisseur de votre support... Pour cela, rien de plus simple : une colonne "numéros de page", une colonne "intitulés". Il suffira ensuite de numéroter chaque page terminée avant de l'inscrire dans l'index.

 

Index2

 

Les calendriers

 

Ensuite arrive la partie organisation/agenda. Pour pouvoir noter vos engagements à l'avance, il vous faudra un emplacement « future log » :

 

Futurelog

Une vue mensuelle vous permettra de vérifier en un coup d’œil vos disponibilité lors de la prise de rendez-vous :

 

Novembre

Bien que je n'utilise plus de vue hebdomadaire depuis quelques semaines, vous pouvez tout à fait en créer une :

 

Semaine2

 

Au quotidien : les vues journalières

 

Chaque matin -ou la veille au soir-, il vous suffira de note la date du jour puis les évènements et tâches prévue. Un conseil : pour le moment ne préparer pas ces pages en avance au risque de vous retrouver au limiter quand dans un agenda lambda.

 

Dailly

 

 

Surtout pas de pression, si vous n'avez pas eu le temps -ou l'envie- de terminer vos tâches, contentez-vous de reporter celles concernées au lendemain. À mort la culpabilité !

 

Les collections

 

Sous ce terme, on trouve un peu de tout. Vous avez envie de disposer d'une liste de livres à lire ? Créez-la ! Ou vous aimez noter les citations qui vous parlent ? Allez-y ! Pas de limite aux collections. Et qu'importe qu'elles soient au milieu de votre mois de novembre : l'index permet de les retrouver.

 

Citations

 

Un outil de motivation : les pages de suivie ou tracker

 

Quand on essaie de mettre en place une nouvelle habitude, toutes les aides sont bienvenues ! Le Bullet Journal peut être un allier précieux en la matière. Par exemple, si on veut faire du yoga tous les jours, on peut se faire un tableau où il suffira de cocher les jours durant lesquels on a réussi son challenge.

 

Yoga

 

 

Attention de ne pas multiplier les bonnes résolutions, mieux vaut prendre le temps d'ancrer une pratique. S'atteler à plusieurs défis risque d'épuiser votre volonté. Surtout restons bienveillant envers soi !

Un dernier conseil avant de vous laisser : prenez le temps d'adapter votre Bullet. Cette personnalisation ne se fera pas en quelques jours. Et n'oubliez pas que rien n'est gravé dans le marbre. Une méthode d'organisation doit s'adapter à votre caractère, non l'inverse. Ainsi j'aime que les choses soient rangées donc les collections et trackers mélangés et éparpillés ne me convenaient pas. J'ai décidé de tenir mon BuJo dans un planner, avec des intercalaires dédiés à chaque section.

 

Et vous, quelle organisation vous convient ?

 

Posté par Emilie Cognac à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


07 septembre 2017

S'organiser pour se libérer

En pleine période de rentrée, le rythme frénétique nous épuise : fournitures scolaires de dernière minute, inscription à une activité -physique ou culturelle-, papiers administratifs... L'automne n'a pas encore débuté que déjà on se sent fané. On s'était pourtant promis de prendre de l'avance, de prévoir ces ribaudes de photos d'identité réclamées tous les ans, de s'occuper des assurances, de faire telle ou telle démarche... Bref, on avait fait le serment solennel de s'OR-GA-NI-SER. Argh...

J'ai la chance d'être organisée. Non pas qu'une fée bienveillante se soit penchée sur mon berceau. Je le suis devenue par nécessité. Parce que ma mémoire a la cruelle particularité de ressembler à une passoire irrationnelle. Voui, voui. Genre je me souviens qu'en 1386 un cochon a été exécuté en place publique -à Falaise- pour le meurtre d'un bébé. Par contre j'oublie la date de mon anniversaire de mariage. Pour pallier à cela, j'ai dû me résoudre à TOUT noter.

À force je suis en quelque sorte devenue une experte des to-do list, des agendas et plannings en tout genre.

On pourrait croire que cette manie de «planifier» mon quotidien s'apparente à une obsession, ou même à une pathologie. Sauf que j'ai découvert que s'organiser signifiait se libérer : du temps, l'esprit, de la procrastination, de la culpabilité,...

Mais comment s'organiser au mieux ? Avec un effort minimum pour une efficacité maximale ?

I. Le papier, un outil poussiéreux et dépassé ?

J'aime les écrans et la technologie. J'ai grandi avec l'informatique à une époque où c'était encore rare -je suis de 82-, -ah les jeux vidéos sur cassettes...-. Pourtant je n'utilise pas le numérique pour m'organiser. Déjà j'aime écrire à la main et « la papeterie c'est la vie ». Mais surtout je n'aime pas, pour mon agenda, être dépendante d'une batterie de smartphone. Si vous faites partie de ceux qui utilise leur téléphone et synchronisent leur agenda avec celui de leurs proches, très bien. Personnellement cela ne me convient pas...

Avantages du papier :

  1. Pas de batterie donc pas besoin d’électricité

  2. Si notre smartphone/ordinateur/tablette tombe en panne, on conserve toutes nos informations

  3. Écrire une donnée à la main permet de mieux « ancrer » celle-ci dans notre mémoire.

  4. On peut TOUJOURS lire ce qui est noté, même en plein soleil -que celui qui n'a jamais galérer à cause de cela me jette le premier pixel ! -.

  5. On peut laisser libre court à notre éventuelle passion pour la papeterie...

Inconvénients du papier :

  1. On ne peut ni partager ni synchroniser nos agendas avec nos proches. -d'un autre côté, un calendrier mural à la maison permet de pallier le problème.

  2. Si on fonctionne ainsi plusieurs années et que l'on aime conserver les choses, cela prend BEAUCOUP de place.

  3. Le papier est encombrant, que ce soit avec un organiseur ou un agenda, il faut le transporter en plus de son téléphone.

  4. Cela demande un investissement annuel -agenda ou recharge-. Toutefois ce souci peut être anecdotique selon le système choisi.

  5. On ne peut pas multiplier les sauvegardes, alors si on a le malheur de perdre son agenda/organiseur chéri, on risque une belle petite crise de nerfs.

Finalement c'est une question de choix. Il faut prendre le temps de réfléchir, non pas forcément à ce que l'on préfère mais bien à ce qui sera le plus efficace.

placeit(5)

 

Vous avez décidé de vous tourner vers le papier ? Très bien ! Encore faut-il choisir le support qui vous conviendra.

 

II. Trouver le bon support : un parcours du combattant ?

Il existe de multiple supports pour noter nos rendez-vous et événements. Passons-les rapidement en revu.

Le bon vieux calendrier mural :

Ici je ne parle pas de ces petits calendriers avec un chat tout mignon sur la couverture, distribués par notre facteur adoré. Non. Plutôt des outils très complets que l'on trouve dans toutes les bonnes papeteries, type Organiseur familial .

Ce système ne fonctionnera que si vous n'éprouvez pas le besoin de garder votre emploi du temps sur vous. De plus il y a un espace limité pour chaque jour, si vous désirez détailler vos tâches, le calendrier risque de ne pas vous convenir.

Notez que l'on peut très bien disposer d'un calendrier à la maison -que toute la famille pourra consulter- ET d'un agenda personnel.

Agenda :

Il en existe de tous les formats et pour toutes les bourses. Du plus sobre au plus luxueux. J'ai fonctionné des années avec un agenda : c'est pratique et facile d'utilisation. En outre l'offre nous permet de choisir en fonction de nos goûts et de nos besoins.

J'ai abandonné ce support pour deux raisons :

  • il manque de souplesse et ne s'adaptait pas assez à mon quotidien

  • cela a un certain coût puisqu'il faut en racheter un tous les ans

Organiseur :

Comme pour les agendas il existe de nombreuses tailles d'organiseurs -ces petits classeurs à annaux- : du plus petit et léger au grand format qu'on laissera sur notre bureau.

Une fois le bon format choisi, il faut encore déterminer quelle mise en page nous correspond : double-page hebdomadaire, une page par jour,...

Pour être tout à fait franche, je pense avoir presque tout essayé. Chaque année je partais à la recherche de cette pépite de papier qui s'adapterait parfaitement à mon quotidien. Une vraie chasse au dahu.

Un système a pourtant mis fin à mon errance : le Bullet Journal.

III. Le Bullet Journal

Au départ, rien de plus simple que le Bullet Journal. On prend un cahier et un stylo pour créer sa propre organisation. Pour plus d'information, vous pouvez consulter cet article.

Je reste persuadée que ce principe correspondra à tous ceux qui soupire après l'agenda parfait. Pour cela, encore faut-il se garder de tomber dans les pièges qui accompagnent le BuJo.

L'écueil de la créativité me semble le plus important. Il suffit de baguenauder quelques minutes sur Pinterest pour voir des Bullet magnifiquement décorés. À l'aide de dessins kawai, de masking tape et de tampons, certains adeptes utilisent ce système comme moyen d'expression créative. Ce qui est très bien à condition de ne pas oublier le but premier du BuJo : organiser son temps pour en gagner. À cause de ce courant, beaucoup se sont découragés d'utiliser le Bullet. Or, nul besoin de fioritures ou de couleur, on peut tout à fait se contenter d'une mise en page simple, voir minimaliste, qui laisse toute à la place au pragmatisme.

Personnellement j'utilise deux outils : un organiseur A5 qui recueille mon journal, mes listes diverses et variées, mes défis de développement personnel. Ce dernier reste à la maison, sur mon bureau.

20170904_143209_001

20170904_143252

Mon second allier est un autre Filofax, cette fois de format personnal (95mm x 171mm) afin que je puisse l'emporter partout avec moi.

20170904_143509

Mes deux outils : à gauche mon agenda/bullet journal, à droite mon journal

Il joue le rôle d'agenda. J'utilise six intercalaires pour m'y retrouver :

  1. Vues mensuelles

20170904_143323

 

  1. Vues hebdomadaires

20170904_143343

  1. Agenda pour mes rendez-vous, événements, réunions

20170904_143413

  1. Une section daily que je prépare la veille pour le lendemain. En vérité elle consiste à une simple to-do list.

  2. Les listes que je veux garder avec moi et quelques feuilles vierges pour noter tout ce dont j'ai envie/besoin

  3. Mes contacts

 

Si vous avez envie de tenter le Bullet Journal, je ne saurais que vous conseiller de commencer très simple. Les décorations, illustrations et autres fantaisies se glisseront peut-être dans votre BuJo mais sans pression, au gré de votre temps libre et de vos désirs.

 

De mon côté la dimension créative me plaisait beaucoup mais s'est révélée contre-productive. Je réserve donc mes dessins, zentangles, crayons de couleur et Masking tape à mon journal intime, mon « Bullet Diary » que je vous présenterai plus en détail à l'occasion.

Et vous, ami lecteur, comment organisez-vous le quotidien ?

Posté par Emilie Cognac à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

16 mars 2017

Écrire pour faire place

 

Après deux articles dans la catégorie « Se réécrire », l'un proposant la tenue d'un journal d'estime de soi et l'autre d’exprimer sa gratitude, j'ai envie de me détacher du développement personnel.

Avant d'utiliser l'écriture comme outil au service d'une philosophie ou de grands principes, elle m'a d'abord aidée dans mon quotidien. Simplement à faire de la place. Comment ? Pourquoi ? Laissez-moi tout vous expliquer.

 

Effacer le tableau...

 

Vous souvenez-vous de ce grand tableau à l'école primaire ? Noir ou blanc, l'odeur des craies ou des feutres... Dans la plupart des classes existe un roulement de l'élève de service. Vous savez, l'enfant si fier d'assister le maître : en distribuant les feuilles, en écrivant la date et, le soir, en nettoyant ce grand tableau. Ah... Effacer la journée de travail. Faire place nette pour le lendemain. Il ne viendrait à l'idée d'aucun professeur, le matin suivant, d'écrire par-dessus les énoncés et exercices de la veille.

Et pourtant c'est ce que la plupart d'entre nous tentons de faire. On se couche rempli des joies, chagrins, victoires et rancœurs du jour. On dort en compagnie de ce capharnaüm et le lendemain on se lèvre comme si de rien n'était. Prêt à gribouiller par dessus les événements de la veille.

Au quotidien, nous aurions pourtant besoin de faire place nette, d'effacer le tableau de notre journée. Pour cela une minute suffit, quelques phrases déposées sur une feuille volante, dans un cahier ou sur smartphone... Ne vous perdez pas dans les détails ni dans les interprétations ou les analyses, plutôt quelque chose du genre :

« Longue journée. Rencontré H, très sympa. Réunion avec Mr D : gros conflit, pas encore de solution. »



Sortir les poubelles de nos émotions

 

Dans la première partie, nous avons parlé du quotidien, des micros-événements. Écrire est encore plus efficace face à des émotions intenses. Notre cœur et notre esprit sont de vraies poubelles : on y accumule des tas de choses, on les laisse pourrir dans un coin. Puis quelques jours/semaines/mois plus tard on s'étonne que la moisissure envahisse tout le reste. Certains d'entre nous ne laissent pas les déchets dépérir : ils vident leur poubelle sur les personnes qu'ils aiment le plus.

Parce que ce sont nos proches qu'on a sous la main, c'est sur eux qu'on se retrouve à déverser nos poubelles. C'est comme ça que, surmené au travail, on peut se retrouver à crier sur nos enfants ou notre conjoint...

 

201207071494

Il existe nombre de manières de vider nos poubelles : en se confiant à un ou une ami(e), en consultant un thérapeute, en pratiquant une activité exutoire... Mais quoi de plus accessible qu'un stylo ? Parce qu'il ne nous est pas toujours possible de téléphoner à notre confident ou d'attendre cette séance de yoga qui nous fait tant de bien... Dans ce cas, écrire sa colère, ses angoisses peut faire le boulot. Quitte à mettre ça dans une vraie poubelle à la fin.

Bref ne laissez pas les déchets s'empiler dans votre esprit. Non seulement il y a toujours un moment où ça déborde mais cela occupe de la place. Un espace dans lequel vous pourriez collectionner tant de jolies choses...

 

Mémoire vide, mémoire vive ?

 

Selon Daniel Levitin, un spécialiste des neurosciences, professeur de psychologie cognitive, existe le principe d'externalisation. C'est le fait de ne pas remplir sa tête de choses qui n'ont rien à y faire. Il préconise pour cela d'écrire le plus possible dans son agenda, de s'en servir comme d'une extension de sa mémoire. Allégez la charge d'informations que vous avez à traiter ! Ne vous contentez pas de noter vos rendez-vous mais aussi tout ce dont vous vous efforcez de vous souvenir -horaires de magasin, tâches à effectuer, identifiants internet,...-. Non seulement tout cela prend de la place mais épuise votre énergie.

La thèse de monsieur Levitin reste une merveilleuse découverte pour la maniaque d'organisation que je suis. Désormais quand un de mes proches se moque gentiment de ma manie de faire des listes pour tout, j'ai une bonne excuse...

 

Daniel-Levitin-press-photo-2016-billboard-650

Daniel Levitin