22 mars 2018

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une – Raphaëlle Giordano



Genre : Roman

Pays : France

Date de publication : 2015

Maison d'édition : Pocket pour la présente édition

Prix : 6 euros 95

 

ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu-n-en-as-qu-une



Résumé :

" Vous souffrez probablement d'une forme de routinite aiguë.

Une quoi ? "

Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps : elle fonce et repart à la conquête de ses rêves...



L'activité que je propose, l'écriture créatrice, s'imprègne de psychologie, de sophprologie, de méditation et de développement personnel. J'utilise ces pratiques alliées à l'écriture pour travailler sur soi. Je suis donc à l’affût de ce qui s'écrit sur ces questions. Même les romans. C'est ainsi que j'ai eu le plaisir de lire le conte L'âme du monde. Je ne pouvais passer à côté du livre de madame Giordano qui,selon la presse et les critiques, est un roman imprégné de ces pratiques. J'ai même lu l’avis de lecteurs qui témoignat que l'ouvrage avait changé leur vie ! D'un autre côté, une amie -dont les opinions sont proches des miennes- m'avait mise en garde : le bouquin l'avait extrêmement déçue. Toutes ces contradictions ne pouvaient que me pousser à lire Ta deuxième vie...



Mon Avis

 

Sur la papier le livre de Raphaëlle Giordano semble alléchant. Une jeune femme, pas malheureuse mais un peu paumée, découvre via un « routinologue » des pratiques inspirantes... Ok. Bon.

Soyons franc ami lecteur, si vous avez aimé l'ouvrage en question, je veux dire vraiment aimé, alors ne lisez pas cet article. Car cela n'a pas été mon cas. Mais alors vraiment pas !

S'il y a bien une chose qui m'agace et... Non, pas m’agace. C'est loin de la vérité. Je reprends : s'il y a bien une chose qui me met hors de moi c'est quand un écrivain -ou un essayiste- prend ses lecteurs pour des mollusques abrutis. Or tout au long de Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une, j'ai eu l'inconfortable impression qu'on me prenait pour une demeurée. Remarquez, j'aurais sans doute pu m'en douter car le titre annonce la couleur. Il semble proclamer : tu vois lecteur, voilà ce que tu vas apprendre avec moi ! Vois comme je ne vais pas te divertir, car cela n'a que peu d'intérêt, mais vois de quelle manière tu vas avoir une illumination dans ton petit cerveau atrophié de consommateur alléché par la pseudo-philosophie.

Oui, oui, ce n'est qu'un titre. Mais -et finalement cela signifie sûrement qu'il est bien trouvé- il reflète une caractéristique du récit : la condescendance. Tous les principes exposés par Claude le gourou routinologue sont en gras. Oui, en gras. Comme ça le premier benêt venu -celui auquel l'auteure s'adresse- comprendra bien ce qu'il lui faut retenir de sa lecture. L'usage de la typographie pour instruire la populace... Par Aslan, même les citations sont en gras ! Comme celle d'Aristote, page 41. Argh...

Vous pourrez me dire que peu importe, ce qui compte c'est que madame Giordano permette aux néophytes de découvrir le développement personne. Mouais. Sauf que l'auteure ne se contente pas d'effleurer les notions qu'elle promue, elle les abîme. Déjà parce qu'une pratique mal appliquée peut faire beaucoup de mal mais aussi parce qu'elle nous trompe. Madame Giordano nous raconte un conte où les marraines sont remplacées par la méditation en pleine conscience, la pensée positive -que j'exècre- et la communication non violente. Nous avons le droit à des miracles. De la pleine conscience lyophilisée, aussitôt pratiquée aussitôt comprise. De la communication non violente galvaudée, de la psychologie instantanée -il suffit d'un coup de fil pour que l'héroïne pardonne son père-.

Quel est le risque me demanderez-vous ? Et bien que les lecteurs se jettent dans une de ces pratiques en pensant que ce sera aussi simple. Mais ça ne l'est jamais. Oui, il faut du temps pour qu'une pratique fasse partie de notre vie et la change. Finalement l’itinéraire de l’héroïne ressemble en tout point à ce qu'elle semble être : un mélange de bons sentiments, d’égoïsme et de caprice. Le nombrilisme en sarouel.

Enfin, et de manière tout à fait personnelle, je n'apprécie pas les messages véhiculés par le roman. D'abord l'idée d'un devoir au bonheur. Une forme de tyrannie de la perfection et du changement. L'auteure nous vend une femme qui trouve le bonheur dans la réussite professionnelle -avec un final ridicule-, dans le fait de mitonner de bons petits plats sains à sa famille, et surtout de ne pas sombrer dans la routine. Le vrai bonheur est-il de changer de vie ou de regard pour la sublimer ? Ce que nous dit ce roman c'est que l'on doit en faire plus, toujours plus, et mieux ; que le bonheur se débusque non dans la réalité et les petites choses mais dans la quête de la perfection. Même nos difficultés et nos blessures devraient être maquillées de développement personnel...

Alors non, je ne crois que ce roman puisse profondément changer une vie. Il peut, au mieux, donner envie d'aller voir de plus près quelques pratiques. Au pire il nous vend un chemin de vie irréaliste avec l'impression qu'on n'est -encore une fois- pas à la hauteur. Et de se perdre tant dans une quête mensongère que le bonheur nous semble un fantasme juste bon pour les bobos mangeurs de soja.

 

Si vous l'avez lu, vous avez aimé ?

 

 


08 mars 2018

Inventer une langue pour une fiction

 

Depuis toujours les hommes ont inventé des langues. Alors que les langues naturelles sont le fruit d'une évolution sur plusieurs siècles, les langues dites construites sont élaborées par une ou plusieurs personnes dans une période donnée.

Ainsi une religieuse bénédictine, Hildegaune rde de Bingen, morte au XIIe siècle, a élaboré un système de langue : la Lingua Ignota.

Hildegard-TrueType-Font-Sample1

La création d'une langue peut être une véritable passion et il est facile de trouver des forums consacrés à cette activité dont les pratiquants sont des idéolinguistes.

La question diffère lorsque la langue concerne une œuvre de fiction. Elle permet alors de donner une autre dimension à une civilisation. Notons toutefois que l'auteur le plus célèbre en cette question, Tolkien, reste un cas à part. En effet, celui-ci était philologue, donc spécialisé dans l'étude du langage. Les langues qu'il a créées sont les points de départ de son œuvre, non un moyen de rendre sa mythologie complète.

Nous ne parlerons ici que la création d'une langue imaginaire dans le but de soutenir la mythologie d'une œuvre de fiction.



I. Inventer une langue ? Pas vraiment !



Inventer une langue reste une tâche colossale puisqu’au delà du choix d'un alphabet, de l'élaboration du vocabulaire, encore faut-il penser un système grammatical et la conjugaison. Et même si on décide d'utiliser l'alphabet latin, le travail paraît énorme.

Bien heureusement, la première question que vous devez vous poser, c'est la place que tiendra cette langue dans votre fiction. Si le dialecte ne concerne qu'un chapitre, pourquoi se donner la peine de créer une langue complète ? Prenons l'exemple du dothraki. Cette langue nous provient de la série de livre Le Trône de fer de George R. R. Martin. Or cette langue n'existe que sous la forme de quelques phrases dans les romans. Lorsque ces deniers ont été adaptés à l'écran -avec le succès qu'on connaît-, il a fallu faire appel à David Paterson, spécialiste de la création de langue artificielle, pour développer le dothraki. Je vous conseille donc, au moins dans un premier temps, de ne construire que le vocabulaire dont vous aurez besoin.

Reste que pour gagner du temps et donner une certaine authenticité à votre langue, vous aurez tout intérêt à utiliser une méthodologie.

 

220px-George_R

George R. R. Martin



II. Une création pas à pas

 

Pour commencer, vous devez bien délimiter de quelle manière votre langue entre en jeu dans la fiction. Quelle est l'histoire du peuple qui la pratique ? Ses coutumes ? Découle-t-elle d'une langue déjà existante ? La langue doit enrichir votre mythologie.

Ensuite vous devez choisir un système d'écriture. Si vous utilisez un alphabet, sera-t-il crée pour l'occasion ou utiliserez-vous un alphabet existant ?

Sindarin_Example

Le sindarin ou gris-elfique, langue construite imaginée par Tolkien

Partons d'un exemple...

J'ai inventé une langue pour la trilogie que je suis en train d'écrire. Je suis partie de l'alphabet latin et, en cohérence avec le peuple qui l'utilise, j'ai choisi de m'inspirer de plusieurs langues.

Une fois le système d'écriture décidé, il faut construire la langue : sa grammaire et sa conjugaison.

Pour la grammaire, n'oubliez pas qu'il existe une multitude de possibilités. Bien entendu vous pouvez tout à fait prendre la grammaire française comme point de départ. Pour la langue évoquée plus haut, j'ai choisi d'utiliser des déclinaisons -comme en latin ou en allemand-. Cinq pour être précise : nominatif, accusatif, datif, génitif et l'instrumental. Bien entendu cela ne m'a pas simplifié la tâche !

La conjugaison aussi est importante. Y aura-t-il des temps composés ? Là encore votre seule limite reste l'imagination ! Personnellement j'ai choisi d'utiliser le moins de temps possibles. Au radical du verbe s’ajoute un préfixe qui détermine le temps et un suffixe qui détermine la personne. Par exemple être -von-,  devient ravoni à la première personne du présent.

Enfin après avoir construit la grammaire et la conjugaison, vous pourrez vous pencher sur la question du vocabulaire. Essayez de garder une certaine logique, par exemple dans les familles de mots. Ainsi dans ma langue, préparer se traduit par « miv » alors que prêt par « mivin ».

Vous verrez qu'inventer une langue est une activité amusante – oui, oui !-. Quand vous écrirez vos première phrases, vous serez sans doute assez fier de vous...

Tenez... Juste pour le plaisir, voici un exemple de phrase dans la langue que j'ai créée :

Edonin glirē ni irbei val ravabrokir tovē mūgei, eryen direnin ratairis koïs obei. (En attendant le retour de celui qui n'a nul besoin de magie, les bois silencieux nous offrent le repos.)



Alors... Déjà eu envie -ou besoin- d'inventer votre propre langue ?

 





Posté par Emilie Cognac à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 janvier 2018

Dans ma boîte à outil : la montre et le ciel

 

Dans le roman sur lequel je travaille en ce moment, un aspect m'offre des migraines : la météo. Le chapitre qui m'occupe depuis quelques semaines se passe en Bretagne en octobre 2013. Cette petite difficulté -rapidement surmontée- m'a donné envie de vous parler de tous ces « détails » autour du temps. Bien entendu on peut décider que personne n'ira vérifier qu'il pleuvait effectivement ce jour-là ou que le 03 octobre était bien un mardi. Pourtant si vous êtes comme moi et appréciez la rigueur, ces questions auront leur importance...

 

L'agenda où la chronologie dans une narration



Même lorsque nos écrits prennent place dans un monde contemporain, on ne doit pas oublier une certaine exactitude. Vous écrivez de la science-fiction ou de la fantasy ? Afin de rendre votre univers/mythologie réaliste, vous avez tout intérêt à soigner les détails. L'ordre chronologique doit être irréprochable. Pour vous aider, vous pouvez construire une chronologie.

Plusieurs méthodes sont possibles : à la main, sous forme de liste ou de frise, à l'ordinateur. Internet offre quelques sites qui peuvent faciliter la vie.

Le site français Chrono-frise est bien conçu bien qu'assez austère. L'avantage est qu'il n'y a pas besoin de s'inscrire pour créer une frise.

 

Frise

 

Sur Preceden, l'interface est plus esthétique et -à mon sens- plus agréable mais il faudra vous créer un compte -fort heureusement celui-ci est gratuit-.

 

Chronologie

 

Qu'importe la méthode ou le support utilisé, je vous conseille de mettre votre chronologie par écrit afin de ne pas vous retrouver avec des incohérences...

 

La montre ou la question du calendrier



Si disposer d'une chronologie aide pour les projets longs, encore faut-il que les informations y figurant soient exactes ! Le petit détail qui tue ? Le jour de la semaine. Parce que soyons francs : qui sait quel jour correspond à une date ? Tenez, le 7 juillet 1945...

 

calendrier_1994

Heureusement il existe des sites qui offrent la possibilité de rentrer n'importe quelle date pour trouver le jour qui lui correspond. Personnellement, j'utilise le site Ephemeride mais il en existe beaucoup d'autres...

 

Ephemeride

 

Le ciel ou la question de la lune, du soleil et des nuages

 

Le montre et le calendrier ne sont pas les seuls outils indispensables à l'auteur soucieux des détails... Le ciel nous promet des variations. La météo tout d’abord... Le site de météo france nous donne l'opportunité de choisir un lieu et une date :

 

Météo

 

Une fois ces informations sélectionnées, une météo succincte s'affiche :

 

Temps passé

 

 

L'autre aspect du ciel concerne la lune et le soleil. Calendrier lunaire pour la première, heures de lever et de coucher pour le second.

Sur le site mentionné plus haut, Ephemeride, on trouve facilement un calendrier lunaire et solaire.

 

Si ces questions vous semblent secondaires, libre à vous de ne pas utiliser les outils proposés dans cet articles. Si, comme moi, vous prêtez attention à ces détails, j'espère que ces adresses vous seront utiles...



Et vous, attaché aux détail ou pas du tout ?

 

04 mai 2017

Premier jet : ma méthode en 5 points



La semaine dernière, nous abordions ici l'usage du dictionnaire des synonymes. Or je ne l'utilise jamais pendant l'écriture du premier jet, c'est-à-dire de la première version d'un texte. Devant cette évidence, j'ai eu envie de vous parler de ce fameux "brouillon".

 

Kundera

 

 

Ma méthode, non pas LA méthode

 

Ma manière de travailler est personnelle, dans le sens que si elle me convient parfaitement elle ne sera peut-être pas celle qui vous correspond.

Il existe de nombreuses méthodes pour venir à bout d'un long projet. À titre professionnel, lorsqu'un client me demande un atelier sur le premier jet romanesque, je commence par lui donner un questionnaire qui détermine quelle méthode lui ressemble le plus. Tenter de travailler en respectant une feuille de route étrangère à sa personnalité mène, au pire, à l'échec et, au mieux, à perdre un temps considérable. Pour cette raison, je n'aborderai aujourd'hui que les règles qui me semblent utiles à TOUS.

Dans le cas de l'écriture d'un roman, vous pouvez tenter de suivre mes conseils quelque soit votre profil. Si vous écrivez les scènes dans le désordre, prenez-les en compte pour chaque séquence, si -comme moi- vous abordez une nouvelle ou un roman dans le « sens de la lecture » -vous commencez par le début et achevez par la fin-, vous pouvez essayer de les respecter jusqu'au bout. Bref n'oubliez pas d'adapter autant que possible les méthodes et outils que vous glanez ici et ailleurs.



Mes cinq règles pour une première version



 

Premier jet



  • Écrire porte fermée

Pour ce premier point, je me permets d'emprunter la métaphore à S. King, issue de son ouvrage sur l'écriture On writing : A mémoir of the craft. J'écris le brouillon sans reprendre mon souffle et en restant centré sur moi. Je ne pense pas au lecteur ou à mes proches, seulement à ce projet et à ce que je souhaite pour ce dernier.

  • Accepter l'imperfection

Mon perfectionnisme m'a longtemps desservi. Alors que j'étais fière de toujours vouloir produire le meilleure, j'ai fini par me rendre compte que ce trait de ma personnalité me servait d'excuse : puisqu'il est impossible (encore moins lors d'une première version) de livrer une production parfaite, je ne terminais jamais rien. Comme l'a écrit Kundera : "Le droit intangible du romancier, c'est de pouvoir retravailler son roman." 

  • Refuser de stagner

Certains passages nous sont plus difficiles que d'autres à écrire -pour moi les scènes de sexe ont longtemps été sources d'angoisses-. J'ai choisis dans ce cas de me forcer à écrire envers et contre tout. Simplement parce que si un passage est mauvais, il me suffira de le réécrire lors de la deuxième version. Savoir que ce n'est qu'un brouillon m'épargne beaucoup de pression.

Néanmoins ce parti pris a ses limites. Certains écrivants ont besoin de maintenir l'ensemble de leur premier jet à un certain niveau de qualité. Dans ce cas, on peut toujours contourner la difficiculté. Entre crochets, décrivez simplement ce que vous n'avez pas encore écrit (par exemple « scène de baiser entre X et Y »).

  • Pas de recherches pendant l'écriture

Je suis une infatigable curieuse. Et un brin paresseuse. Pour ces deux raisons, je n'effectue aucune recherche en cours d'écriture. Imaginons que mon héroïne offre une orchidée rare à un personnage. Or je ne connais rien aux fleurs. Si j'ai le malheur de lever le nez de mon manuscrit, il peut arriver deux phénomènes...

Soit je suis d'humeur travailleuse et je vais aller chercher l'information en question, très motivée. Hélas ma soif de connaissance entrera en scène et je me retrouverais, une heure plus tard, en train de lire l'histoire complète de la culture de l'orchidée depuis le dix-septième siècle.

Soit je suis d'humeur paresseuse et je me servirais de cette recherche comme prétexte pour glander sur Wikipédia -et je me retrouverais, je ne sais comment, à lire un article sur la reproduction des oursins.

Voilà pourquoi je ne fais pas de recherche et inscrirais [espère rare d'orchidée] directement dans mon texte.

  • Ne pas revenir en arrière

La dernière règle que je respecte ressemble à la précédente sauf qu'il s'agit de recherches dans mon propre brouillon. Je ne reviens jamais en arrière. Pas de correction en cours de route -sinon mon perfectionnisme redevient un obstacle- ni de vérification. En général je me débrouille pour disposer de toutes les infos dont j'ai besoin -aspect physique de mes personnages, nom et description des lieux...-. Comme nul n'est parfait, il arrive que je doute d'un détail. Est-ce que le fameux Sergent Machain a les yeux marrons ou je n'ai jamais abordé la question ?

Dans ce cas, je préfère ne pas perdre mon temps à relire ce qui précède et j’inscris [couleur des yeux de Machain, à vérif']. Pourquoi ? Dans le cas d'une nouvelle ou d'un article, cela n'aura que peu d'incidence mais si votre manuscrit comprend 50 000 mots, l'exercice risque de vous porter préjudice.



Vous connaissez désormais ma méthode pour écrire la première version d'un texte, j'espère que cet article aura été utile...

En attendant, laissons ma curiosité prendre le pas :



Et vous, cher écrivant, avez-vous trouvé votre méthode d'écriture ?

Posté par Emilie Cognac à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

06 avril 2017

Mes astuces pour « entrer en écriture »



Ce mois-ci dans ma boîte à outils :  tout pour convoquer inspiration et motivation.

En écrivant l'article sur l'impératif de faire de la place, j'ai pensé à ma quête de l'inspiration et combien cette nécessité lui est liée. Qu'on envisage l'écriture comme un loisir ou un travail, si on décide de pratiquer sérieusement, il arrivera un jour où vous n'aurez pas envie de vous asseoir pour prendre le stylo. Que celui qui n'a jamais la flemme me jette le premier coussin, dont je me saisirais pour m'assoupir quelques heures minutes !

Oui, écrire est ma passion. Oui, j'accède souvent à une intense sensation de joiedevant ma feuille ou mon écran. Pourtant, certains jours, le canapé m'interpelle, le ménage fronce des sourcils, le désir de papoter avec une amie me taraude. Et c'est là, dans ces instants d'hésitation que réside la différence entre ceux qui progressent et les autres. Comme il serait facile de s'abriter derrière l'excuse de l'inspiration : « Ah, je ne suis pas d'humeur à écrire... Je manque d'inspiration, pauvre de moi ! Tant pis, j'écrirai demain... ».

Au lieu de cela, j'ai cherché des solutions pour écrire malgré tout. Non pas me forcer mais me mettre en humeur d'écriture. Je ne dis pas que ces propositions vous conviendront, ni qu'elles feront des miracles. Toutefois elles peuvent aider quelques écrivants à (re)trouver la motivation.

Wait

 

Se créer un rituel



Selon Twyla Tharp, célèbre chorégraphe et auteure de l'ouvrage The Creative Habit : learn it and use it for life, les rituels sont primordiaux pour entretenir sa créativité. Ces habitudes peuvent consister en ce qui vous correspond le mieux. Ce peut être se préparer une tisane puis la déguster en lisant la production de la dernière séance. Ou encore vous installer dans un endroit particulier. À force de toujours pratiquer quelques gestes ou actions avant d'écrire -ou peindre, ou danser,...-, le simple fait d'accomplir le « rituel » vous mettra dans le bain. Comme si vous disiez à votre esprit : là, je m'apprête à travailler, à créer. Et hop, votre cerveau se mettra en « mode créativité ». Un peu comme le fait de sourire nous met de meilleure humeur même quand le sourire est d'abord de « façade » -une étude scientifique a étudié le phénomène, si vous en connaissez les références, partagez-les en commentaires, je n'arrive plus à les retrouver-.

Je ne peux que vous conseiller de mettre en place un rituel et de vous y tenir pour que ce dernier devienne ce coup de pouce qui change tout.

 

cvr9780743235273_9780743235273_hr

 

 

Entrer en écriture grâce à celle-ci

 

Dans l'article que j'évoquais en introduction, je parlais d'écrire pour faire place nette ou vider la poubelle de vos émotions. Je connais quelques auteurs qui utilisent cette pratique. Faire appel aux mots pour trouver les mots. Vous pouvez soit parler de vous -et de vos difficultés- soit utiliser une consigne d'écriture. Cela correspond finalement aux gammes pour les musiciens ou au travail à la barre pour les danseurs. Personnellement, j'utilise rarement cette méthode. En vérité, j'y ai recours seulement devant un blocage très important. Pourquoi ? Parce que j'ai du mal à me détacher des phrases que je viens d'écrire et que cela revient alors à une rumination sur le papier. Reste que c'est une piste qui convient à certains. Je répète qu'il n'y pas UNE recette miracle, seulement des pistes pour trouver ce qui vous aidera VOUS.

 

La méditation et autres outils personnels...

 

Enfin je vais vous parler de ce que je mets en place lorsque je ne suis pas d'humeur à écrire. Non seulement je dispose de mes propres rituels de secours mais aussi de quelques outils auxquels je fais appel quand mes habitudes ne suffisent pas. La première pratique que je tente reste une courte séance de méditation. Cinq à vongt minutes suffisent en général. Je reviens au moment présent, je me « recentre » et cela me ramène à un état qui me convient particulièrement pour écrire. Dix-neuf fois sur vingt, la méditation résout mon problème. Et si vraiment, je continue à bloquer ou à avoir la flemme je...vais prendre une douche. Oui, oui, vous avez bien lu. Pourquoi la douche ? Parce que c'est un moment où je lâche complètement prise. C'est un peu mon couteau-suisse émotionnel. Un blocage d'écriture ? Une douche. Un problème avec mon manuscrit ? Une douche. Une angoisse diffuse ? Une douche. Pas très écologique mais ça fonctionne.

À défaut du coup de la douche, se connaître est le premier impératif. Observez-vous et trouvez vos propres outils, vos propres astuces pour vous mettre en posture d'écriture...



Et vous, quelles astuces vous aident à « entrer en créativité » ?