29 mars 2018

La poésie 3 – le sonnet

 

Dans la première partie des articles sur la poésie, je vous expliquais que les poèmes à forme fixe ont longtemps dominé le paysage littéraire. Dans le même paragraphe je sous-entendais que le sonnet est la forme la plus connue. Il est vrai qu'il a longtemps dominé la littérature française. Pour résumer, le sonnet est un poème de 14 vers répartis en deux quatrains (strophe de quatre vers) et deux tercets (trois vers). Ces deux dernières strophes sont souvent étudiées comme un seul sizain.

Comme on voit sur la branche, au mois de mai, la rose,
En sa belle jeunesse, en sa première fleur,
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l'aube, de ses pleurs, au point du jour l'arrose;

La Grâce dans sa feuille, et l'amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d'odeur;
Mais, battue ou de pluie ou d'excessive ardeur,
Languissante, elle meurt, feuille à feuille déclose;

Ainsi, en ta première et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,
La Parque t'a tuée, et cendre tu reposes.

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que, vif et mort, ton corps ne soit que roses.

Ronsard, Amours de Marie, 1556.

Le sonnet nous vient directement d'Italie comme nous l'indique le terme sonetto qui découle du latin sonare « sonner ». Il arrive en France au début de la Renaissance et est introduit par Marot et Mellin de Saint-Gelais. Si je le précise c'est qu'une des formes du sonnet nous vient justement de Clément Marot qui, pendant l'été 1536, écrit le premier sonnet en langue française.

Vous l'aurez compris, le sonnet existe sous plusieurs formes. Pour le comprendre, nous allons passer en revue les trois principales : le sonnet italien -ou marotique-, le sonnet français -ou de type Peletier- et le sonnet élisabéthain -ou shakespearien-.

I. Le sonnet italien ou marotique

 

Le sonnet qui figure dans l'introduction, Amours de Marie de Ronsard, illustre parfaitement ce qu'est un sonnet marotique.

Comme l'indique le titre de cette partie on le nomme aussi « italien » or cette appellation n'a aucune vérité historique car on ne rencontre pas la forme marotique dans la poésie italienne.

Je préfère donc le nommer selon le poète qui l'a utilisé en premier : Clément Marot.

Ce sonnet marotique se caractérise par la disposition de ses rimes. Si on fait correspondre à chaque rime une lettre de l'alphabet cela donne : abba, abba, ccd, eed.

Dans certains cours -ou quelques articles sur le Web- j'ai eu la suprise de voir que dans la définition même de sonnet, on mentionnait l'alternance des rimes masculines et féminines, ces dernières étant celle qui se terminent par un e muet comme drôle et rôle. Or cela ne fait aucunement parti de la forme fixe du sonnet. Ni de celle, plus particulière, du sonnet marotique. Cette confusion provient peut-être de la « célébrité » de l’œuvre de Ronsard qui a été le premier a ajouter cette alternance.

Pour exemple, un sonnet marotique passé à la postérité :

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme celui-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
Fumer la cheminée : et en quelle saison
Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,
Qui m'est une province, et beaucoup d'avantage ?

Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
Que des palais Romains le front audacieux :
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine,

Plus mon Loire Gaulois, que le Tibre Latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur Angevine.

                                                           Joachim du Bellay, dans Les Regrets

Cette forme, dite marotique, se généralisera en France entre 1536 et 1539.

 

109719134

 

II. Le sonnet français ou de type Peletier

 

Le sonnet Peletier comporte deux quatrains de même forme que ceux des sonnets marotiques, avec des rimes embrassées (abba). La différence réside dans les tercest qui au lieu de présenter le schéma ccd, eed utilisent le suivant : ccd ede. De plus, il est d'usage pour ce type de sonnet d'alterner les rimes féminines (comportant un e muet) et masculines.

Ce sonnet apparaît en 1547 -quatre sonnets dans les Œuvres poétiques de Jacques Peletier du Mans qui nomme cette forme particulière-. Dans la décennie suivante, la majorité des sonnets français relève soit du type marotique soit du type Peletier.

Ce succès perdurera puisqu'on peut trouver des sonnets français chez Baudelaire en 1857 !

« Sed non satiata »
Bizarre déité, brune comme les nuits,
Au parfum mélangé de musc et de havane,
Œuvre de quelque obi, le Faust de la savane,
Sorcière au flanc d’ébène, enfant des noirs minuits,

Je préfère au constance, à l’opium, au nuits,
L’élixir de ta bouche où l’amour se pavane ;
Quand vers toi mes désirs partent en caravane,
Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis.

Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme,
Ô démon sans pitié ! verse-moi moins de flamme ;
Je ne suis pas le Styx pour t’embrasser neuf fois,

Hélas ! et je ne puis, Mégère libertine,
Pour briser ton courage et te mettre aux abois,
Dans l’enfer de ton lit devenir Proserpine !

                                              Charles Baudelaire, in Les Fleurs du Mal

1200px-Étienne_Carjat,_Portrait_of_Charles_Baudelaire,_circa_1862

Charles Baudelaire par Étienne Carjet vers 1862

 

III. Le sonnet élisabéthain ou shakespearien

 

Le troisième type de sonnet possède plusieurs dénominations : élisabéthain, shakespearien ou anglais. En effet il a été codifié dans ce pays. Ce sont surtout les poètes « modernes » qui l'ont utilisé, particulièrement Baudelaire et Mallarmé.

S'il comporte bien 14 vers, sa forme diffère sur les autres points. Il se présente en trois quatrains puis d'un distique -réunion de deux vers-. Les rimes elle-mêmes se distinguent des sonnets marotiques et de type Peletier puisque celles des quatrains sont croisées (de format abab) et différentes pour chaque strophe. Finalement les sonnets shakespeariens se présentent comme suit : abab cdcd efef gg.

 

1312685-Stéphane_Mallarmé

Mallarmé reste sans doute le poète qui a le plus popularisé le sonnet élisabéthain. Son premier sonnet shakespearien semble daté de 1887 et a été publié dans la revue L'Art et la Mode :

     La chevelure
La chevelure vol d'une flamme à l'extrême
Occident de désirs pour la tout éployer
Se pose (je dirais mourir un diadème)
Vers le front couronné son ancien foyer
Mais sans or soupirer que cette vie nue
L'ignition du feu toujours intérieur
Originellement la seule continue
Dans le joyau de l'œil véridique ou rieur
Une nudité de héros tendre diffame
Celle qui ne mouvant bagues ni feux au doigt
Rien qu'à simplifier avec gloire la femme
Accomplit par son chef fulgurante l'exploit
De semer de rubis le doute qu'elle écorche
Ainsi qu'une joyeuse et tutélaire torche
Comme souvent en littérature, et particulièrement en poésie, le cadre formel s'est assoupli. Pourtant, il me semble primordial de connaître et comprendre ces limites afin de les franchir.

 

Quel genre de sonnet préférez-vous ?

 


26 février 2018

La poésie 2 – la versification

 

Comme je le rappelais dans l'article précédent sur la poésie, cette dernière ne peut en aucune façon se définir par la versification, à ce propos je citais l'exemple du haïku japonais. Pourtant on sait la place centrale que tiennent les vers dans la poésie française.

 

Il va sans dire que nous parlerons aujourd'hui essentiellement de versification française. Les règles de versification diffèrent nettement selon les pays. Ainsi, dans la poésie anglaise, l'accent tonique est capital. Enfin nous n'aborderons que le vers et laisserons de côté la rime qui mérite un article complet...

I. Les différents types de vers

 

Partons du commencement : qu'est-ce qu'un vers ? Traditionnellement, un vers s'écrit sur une ligne, il est précédé et suivi d'un blanc typographique.

Marquise, si mon visage

A quelques traits un peu vieux,

Souvenez-vous qu'à mon âge

Vous ne vaudrez guère mieux.

À la Marquise, Pierre Corneille

Il existe plusieurs types de vers :

  • les vers métriques qui sont aussi nommés vers compté car ils comportent un nombre de syllabes prédéfini -donc que l'on compte-.

           Quand je vivais tendre et craintive amante,

           Avec ses feux je peignais ses douleurs :

           Sur son portrait j'ai versé tant de pleurs,

           Que cette image en paraît moins charmante.

    L'Amour, Marceline Desbordes-Valmore

  • les vers rapporté qui peuvent se lire en ligne et en colonne

Quercy,            la cour,             Le Piémont,            l’Univers

Me fit,              me tient,           m’enterra,              me connut.

 Épitaphe d'Etienne Jodelle, dédiée à Clément Marot
  • les vers blancs qui respectent le décompte syllabique mais pas les rimes

  • les vers libres, sans structure régulière, c'est à dire sans rime, sans mètre, sans strophe.

                  A la fin tu es las de ce monde ancien

                  Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin

                  Tu en as assez de vivre dans l'antiquité grecque et romaine

                  Ici même les automobiles ont l'air d'être anciennes
                  La religion seule est restée toute neuve la religion
                  Est restée simple comme les hangars de Port-Aviation

 

Extrait de Zone- Apollinaire, Alcools (1912)

 

b1fc32b54d4f4e41e94c3e89ae80ff07bc5f6c163017181

 

Guillaume Apollinaire



II. Le vers métrique

 

La poésie dite classique comportent en général des vers métriques. Ces derniers sont de deux sortes :

  • simples quand les mètres ont moins de 8 syllabes ou pieds.

  • composés lorsqu'ils possèdent au moins 9 syllabes ou pieds.

 

Le vers composé classique ne se caractérise pas seulement par son plus grand nombre de syllabes. Il peut en effet être lui-même décomposé en deux parties : les hémistiches.

L'orchestre au grand complet contrefait mes sanglots

Aragon 

 

Ces hémistiches sont séparés par la césure, du latin caesura « coupure ». C'est le point fixe qui partage les vers composés.

Césure, du latin caesura « coupure », point fixe de partage des hémistiches dans les vers de plus de huit syllabes.

        Il sait votre dessein // ; jugez de ses alarmes.

        Ma mère est devant vous, // et vous voyez ses larmes.

        Pardonnez aux efforts // que je viens de tenter

        Pour prévenir les pleurs // que je leur vais coûter.

Iphigénie, Racine, Acte IV, scène 4

 

Le nom d'un vers dépend du nombre de syllabes -ou pieds- qu'il comportent.

  • Le monosyllabe -un pied-

  • Le dissyllabe -deux pieds-

  • Le trisyllabe -trois pieds-

  • le tétrasyllabe ou quadrisyllabe -quatre pieds-

        La lune blanche

        Luit dans les bois ;

        De chaque branche

        Part une voix

        Sous la ramée...

 

 Extrait de La lune blanche luit dans les bois – Verlaine,La Bonne chanson

  • le pentasyllabe -cinq-

  • l'hexasyllabe -six-

  • l'heptasyllabe -sept-

        La Fourmi n'est pas prêteuse :

        C'est là son moindre défaut.

        Que faisiez-vous au temps chaud ?

        Dit-elle à cette emprunteuse.

Extrait de La Cigale et la Fourmi – Jean de la Fontaine

  • l'octosyllabe -huit-

        Tandis qu'à leurs œuvres perverses

        Les hommes courent haletants,

        Mars qui rit, malgré les averses,

        Prépare en secret le printemps.

Extrait de Premier sourire du Printemps – Théophile Gautier

  • l'ennéasyllabe -neuf pieds-

  • le décasyllabe -dix pieds-

        Il est un air pour qui je donnerais

        Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber,

        Un air très-vieux, languissant et funèbre,

        Qui pour moi seul a des charmes secrets.

Extrait de Fantaisie – Gérard de Nerval

  • l'hendécasyllabe -onze-

  • l'alexandrin -douze-

         Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;

         Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,

         Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

         Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,

Extrait du Dormeur du val – Arthur Rimbaud

 

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud



Quel genre de vers préférez-vous ?

 

Posté par Emilie Cognac à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 février 2018

Du bienfait des rituels sur la créativité...

 

Au printemps dernier, je vous parlais des jours où je n'avais pas envie d'écrire et de mes astuces pour entrer en écriture. J'abordais alors la question d'un rituel d'écriture. Parce qu'il y a peu, j'ai eu besoin de transformer mon propre rituel, j'ai eu envie de revenir plus longuement sur le principe...

 

Un rituel... C'est-à-dire ?

 

Alors que je respectais depuis des années un rituel, je ne me suis rendue compte de son existence qu'à la lecture du livre de la chorégraphe Twyla Tharp « The Creative Habit : learn it and use it for life ». Pour cette artiste, les rituels entretiennent la créativité. Mais qu'est-ce qu'un rituel ? Ce sont des habitudes, une routine que l'on effectue avant d'écrire, de peindre, de composer.

Certains de nos plus éminents écrivains avaient des manies assez incongrues : Hugo écrivait ses essais complètement nu, Rostand travaillait dans sa baignoire, quant à Hemingway, c'est debout qu'il produisait ses cinq-cent mots quotidiens, et seulement après avoir taillé tous ses crayons. Sans tomber dans les TOC, pourquoi ne pas choisir un « rituel d'écriture » ?

 

800px-Ernest_Hemingway_1950

 Hemingway en 1950

 

Un rituel... Mais pourquoi ?

 

Le simple fait d’accomplir un rituel -que ce soit de se préparer un thé ou de mettre un CD de Mozart- nous met dans des dispositions créatrices. Notre esprit « sait » que l'on va travailler. En quelque sorte il se met en mode « création ». Après tout, si le simple fait de sourire -même déprimé- nous met de meilleure humeur, pourquoi ne pourrions-nous pas « apprendre à notre cerveau » qu'une tasse de Lapsang Souchong -thé noir fumé de Chine-est un signal pour convoquer l'inspiration ?

 

 

1336255-lapsang-souchong-peut-seduire-comme

 

Un rituel... Mais comment ?

Bien entendu certains artistes ne s'appuient pas sur un ritue mais le mieux est d’expérimenter avant de se décider. Pour d'autres -dont je suis- la mise en place d'une routine se fait naturellement. N'oublions pas qu'un rituel n'est pas gravé dans le marbre, rien n'empêche de le varier. À une certaine période, je n'écrivais qu'à la bibliothèque de ma ville, puis c'était le soir, quand mes enfants dormaient. Désormais, j'ai seulement besoin d'ouvrir mon agenda d'écriture à la bonne page et de m’asseoir devant le clavier. On peut aussi avoir plusieurs rituels selon les conditions d'écriture. À l'extérieur, c'est de mon carnet dont j'ai besoin -il faudra d'ailleurs que je vous le présente-.

Dans tous les ateliers de l'Écrhistoires sur l'écriture de fiction (Le Personnage/Le Dialogue/Construction d'un roman/Travailler un texte,...), un conseil revient avec régularité : votre travail aura tout à gagner si vous vous connaissez. Alors commencez par vous observer. Aimez-vous boire un café en écrivant ? Y-a-t-il des petites choses qui facilitent votre travail ? Débusquez-les pour les ritualiser et -après quelques semaines- faites le point sur la qualité de votre inspiration quand vous les utilisez.

 

10996473_10203638767910863_2118853191834685531_n



Et vous, un rituel avant de créer ?

 

05 février 2018

La poésie - mais kezako ?



Lorsque l'on écrit, il semble judicieux d'acquérir une certaine culture littéraire. Et parce que j'aime la littérature -son histoire et ses complexités- j'ai décidé de vous parler régulièrement des différents genres qui existent.

 

Le mot poésie possède une longue et riche histoire. Il nous vient du latin poesis signifiant « poésie, œuvre poétique, genre poétique ». Si on remonte encore le fil du temps, le terme latin est lui-même dérivé du grec poiein (créer, fabriquer un poème). Dans le Larousse on définit la poésie par l'art d'évoquer et de suggérer les sensations, les impressions, les émotions les plus vives par l'union intense des sons, des rythmes, des harmonies, en particulier par les vers. Ce travail de la langue est un des désirs les plus anciens de notre humanité, cet appétit n'avait pas seulement des motivations de beauté, le jeu sur la musicalité et le rythme est né d'un besoin bien plus pragmatique...

I. Un exercice né avec l'homme ?

 

De manière personnelle j'aime définir la poésie via la dimension d'oralité. Car la poésie, qu'elle soit en vers ou en prose, est d'abord écrite pour être écoutée. Pourquoi un tel attachement à cet aspect ? Car la poésie est sans doute née du besoin de transmission orale. De nombreuses traditions orales relèvent de la poésie. Par exemple celle des griots africains, les bardes en Afrique occidentale.

De quelle manière cette tradition orale a été le berceau de la poésie ? La recherche d'une rythmique ainsi que l'utilisation de vers ou d'effets sonores étaient motivés par la mémorisation. Tous ces procédés étaient des moyens mnémotechniques. Si je suis aussi affirmative c'est que la poésie pour transmettre une tradition orale et des mythes fondateurs est apparue dans la plupart des civilisations. En Afrique, comme nous l'avons dit plus haut mais aussi en Mésopotamie avec l'épopée de Gilgamesh, dans l'Égypte antique, en Grèce avec l'Iliade et l'Odyssée,... L'apparition de l'écriture n'a pas empêché cette tradition orale de perdurer. N'oublions pas que la lecture et l'écriture étant longtemps restées l'apanage d'une élite, la majorité des gens avaient besoin de cette oralité.

Comme nous l'avons vu, la poésie en tant qu'art de jouer sur les rythmes et la musicalité remonte à l'antiquité. Pourtant, et bien qu'il n'en reste aucune trace, ne peut-on pas penser, à la lumière de son existence sur tous les continents, que les hommes de la préhistoire possédaient eux aussi une tradition orale empreinte de poésie ?

 

10135

Buste de Homère

II. D'abord le travail de la langue

La production poétique est d'abord une question d'outils littéraires. C'est l'utilisation de ces derniers qui donne une dimension poétique à un texte. Bien sûr on ne peut définir la poésie par un seul de ces procédés. La poésie n'est pas la versification comme elle ne se limite pas aux figures de style.

En linguistique on décrit la poésie comme un énoncé centré sur la forme, le signifiant. Poussé à l’extrême cette attention donnera le calligramme. Partir de cette définition permet de garder à l'esprit combien la poésie diffère selon la langue et la culture. On ne rime pas en anglais de la même manière qu'en français. Si on tourne le regard vers d'autres continents, la poésie s'éloigne encore plus de ce que nous connaissons. Ainsi le Haïku qui ne comporte aucune rime.

La recherche de musicalité me paraît au centre de cette volonté de travailler la forme. On prête attention à la matérialité des mots. Pour cela on dispose d'outils autour des sons comme les allitérations ou les assonances, les rimes ou l'utilisation de refrain. Quant au rythme il est ciselé aussi bien par le nombre de syllabes que par le jeu des accents, de la ponctuation,...

Mais on ne peut pas parler poésie sans s'attacher au pouvoir d'évocation des images. Les figures de style, parmi lesquelles la métaphores, la comparaison ou l'oxymore, permettent de « frapper » l'esprit du lecteur.

Cette multiplication des possibilités donne à la poésie une richesse incroyable...

 

Calligramme

Guillaume Apollinaire - Calligramme - Poème du 9 février 1915 - Reconnais-toi

 

III. Des formes diverses et variées

Dans cette dernière partie, je vais me concentrer sur la poésie française, celle que je connais le mieux... Au fil des siècle, elle a d'abord été assujettie à un cadre particulièrement rigide avant de s'affranchir. 

Longtemps les poèmes à forme fixe ont dominé le paysage littéraire. Si tout le monde connaît le sonnet, n'oublions pas la ballade, l'ode, le rondeau ou le lai (surtout représenté par Marie de France). Ces « modèles » sont complexes aussi je pense qu'ils méritent chacun un article... Même lorsque les poèmes fixes n'ont plus été la norme, la poésie a longtemps tourné autour du vers et de la rime. Jusqu'au milieu du XIXe siècle, la poésie a avant tout été une question de nombre de pieds, de la qualité des rimes,... bref de versification.

Par la suite les poètes se sont libérés de ces règles. D'abord avec le vers libre puis via le poème en prose. N'oublions pas aussi les artistes qui se sont préoccupés de la graphie avec Apollinaire et ses Calligrammes ou Mallarmé et Reverdy.

La poésie présente mille visages et elle n'a cessé de varier au fil des plumes et des siècles. Je prévois de m'appesantir sur certaines de ses formes dans les mois à venir. Parce que connaître quelques uns des ces visages, c'est se donner la possibilité de jouer avec les codes, avec les cadres. Bref de faire, justement, de la poésie.

 

612388b814d92019e0bdb2992a2f0403

Pierre Reverdy



Une forme de poésie préférée ?

 





Posté par Emilie Cognac à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 février 2017

10 raisons de pratiquer des exercices d'écriture

 

Si ceux qui aimeraient écrire sans oser passer à l'acte se tournent facilement vers les ateliers d'écriture, les écrivants1 se montrent parfois réticents à suivre des consignes. Or il existe de très bonnes raisons de pratiquer régulièrement de tels exercices...



Pourquoi suivre des consignes d'écriture ?

 

10 raisons

 

Envie de tenter l'aventure ?

 

Environ une semaine sur deux, je m'imposerai une consigne d'écriture et publierai ma production ici. Pour ne pas multiplier les publications, j'ai décidé de ne pas partager d'avance l'exercice sur le site mais de donner ce dernier dans la newsletter.

Machine

En vous inscrivant à la newsletter, vous pourrez donc recevoir les consignes directement dans votre boite mail...

Alors...

Prêt à me suivre ?

 

1Ceux qui pratiquent l'écriture au sens large du terme

26 janvier 2017

Gros mots, grossièretés et autres jurons



Ce mois-ci dans ma boîte à outils : les gros mots.

J'aurais pu commencer cette nouvelle catégorie -à retrouver une fois par mois- avec une définition un brin poussiéreuse et savante, telle la stichomythie1. Mais non... Je préfère commencer par un thème tout aussi important -oui,oui...- mais un poil de licorne plus amusant : les gros-mots, jurons et autres joyeusetés que notre belle langue nous offre.

Mais en quoi les gros mots ont-ils leur place dans la boîte à outil d'un écrivant ?

Tout d'abord un petit rappel, ami lecteur, sur ce que j'entends par gros mot. J'ai choisi de m'en tenir à la définition qu'en fait Pierre Guiraud Il s’agit plutôt des termes qui choquent parce qu’ils touchent des domaines tabous notamment la religion, la sexualité et la scatologie.2

 

haddock-insulte

 

Les gros mots : un art mouvant



En général, on qualifie une langue de vivante parce qu'elle est pratiquée de nos jours mais, pour moi, la première caractéristique d'une langue vivante est bien qu'elle est douée de vie. Donc dans le mouvement, la transformation, l'évolution. Vouloir graver le français dans le marbre d'une académie serait un blasphème. Les gros mots, comme tout le reste de notre vocabulaire, ont un passé. À chaque terme même grossier correspond une histoire, une biographie, une fiche d’identité.

Prenons un mot à la vulgarité limitée mais beaucoup utilisé dans nos embouteillages : le bon vieux « con ». Son arrivée dans notre langue daterait du XIIIe s. et ne désignait alors que les parties naturelles de la femme3 . À cette époque, c'était certes un mot qui évoquait l'intimité mais ce n'était pas une insulte. Ce n'est qu'au XIXe s. que « con » est devenu une injure vulgaire au sens d’abruti, de crétin. Et que dire de notre langue contemporaine ? dans laquelle on peut se demander si con, un peu usé, possède encore l'aura de scandale attaché aux gros mots...

Gardez cela à l'esprit, que les mots -gros ou pas- ont tous une histoire et que le sens qu'on leur donne aujourd'hui n'est peut-être pas celui qu'on leur prêtait hier.

 

Figues_-_couille_du_pape

Variété de figues communément appelée "Couille du pape" - et oui ça me fait rire... 

 

Le gros mot au service du personnage



Le plus souvent lorsque l'on rencontre des gros mots dans un roman, ils sont placés dans la bouche ou les pensées d'un personnage.

N'oubliez pas que tous les dialogues n'ont pas pour fonction de donner du réalisme à l’œuvre. Prenons pour exemple Oscar Wilde. Dans Le Portrait de Dorian Gray, les dialogues fourmillent de bons mots, d'aphorismes,... L'esprit prime sur le réalisme et c'est, entre autres, ce qu'apprécient ceux qui admirent Wilde.

Mais si vous voulez que vos dialogues apportent l'impression d'être « réels», les gros mots auront leur place dans votre boite à outils.

Dans l'idéal, chacun de vos personnages doit être identifiable par sa manière de « parler ». Notre langage transporte toute notre histoire et dépend aussi bien de notre éducation, notre lieu de vie, notre niveau social que de notre caractère ou de notre rapport aux autres et à nous-même...

Quelques termes d'argots, un gros mot ou une expression imagée situent parfois plus efficacement un personnage qu'un interminable paragraphe sur sa biographie. Émile Zola, par exemple n'hésitait pas à donner à ses personnages un ancrage profond dans leur réalité sociale : Nom de Dieu de nom de Dieu ! répéta Maheu en relevant la tête. Nous sommes des jean-foutre, si nous acceptons ça (Germinal, p.175)

Dans la même idée, le récit lui-même peut se situer depuis le point de vu d'un personnage. Une description de l'océan changera du tout au tout selon si elle est transmise par un narrateur neutre, une jeune femme romantique ou un artiste dépressif. Bref si vous décrivez un lieu ou un événement à travers le prisme d'un personnage qui émaille ses dialogues de quelques gros mots bien sentis, en parsemer intelligemment votre texte rendra le passage plus cohérent et dynamique.

Les gros mots peuvent donc participer à une bonne caractérisation des personnages.

 

Capitaine_Haddock_jurons

 

La rue dans le texte et le style

 

Il me semble difficile de parler seulement de la place du gros mot dans la littérature car il s'agit plus souvent de la question plus vaste de l'oralité. Depuis Rabelais et sa volonté d'explorer le français, (langue vulgaire tout entière à l'époque où seul le latin était admis), en passant par Céline et l'anti-héros de Voyage au bout de la nuit, parvenir à jouer sur l'oralité est un exercice difficile. Mais cela nous prouve que la crudité, les gros mots, et la vulgarité ne sont que des outils. À partir de là, seul le travail et le talent des auteurs décident de ce que ces outils peuvent devenir : vecteur du réel chez Zola, dénonciation satirique chez Rabelais, claque stylistique chez Céline, poésie érotique pour Chimo (Lila dit ça),...

Comme tout outil et technique, vous avez tout à gagner à en expérimenter l'utilisation...

Francois-Rabelais-4

 

Alors, ces gros mots... Vous les utilisez ou pas ?

 

 

 

1 Dialogue en vers dont chaque réplique occupe un seul vers, Lexique des termes littéraires, ouvrage dirigé par Michel Jarry, Le Livre de Poche, 2001

2 Cité dans l'article L'injure en littérature française : un jeu langagier à enjeux spécifiques RIHAM EL KHAMISSY Université d'Ain Shams, Le Caire

3 Dictionnaire de l'ancien français, Algirdas Julien Greimas, Larousse, 2001